Archives de catégorie : nymphe à vue

road trip … le final

A la découverte de l’Albarine

A 1h15 de cette rivière, je ne pouvais pas manquer cette occasion de découvrir ce joyau et s’est chose faite le lendemain de ma visite sur l’Ain. On continue l’aventure et cette fois ci, l’Albarine et une eau parfaitement limpide remplis de truites et d’ombres ! un paradis vraiment ou cette rivière est poissonneuse et sympathique dans sa partie sauvage !! Après est-elle aussi difficile à cette époque tant décrit pas certains pêcheurs … Verdict après une journée à vue

DSC_0358DSC_0330DSC_0357

On retrouve la pêche à vue des ombres, et il me faudra pas beaucoup de temps pour me mettre en action et mouiller l’épuisette. Cette fois-ci les poissons se situent dans des veines d’eaux beaucoup plus profonde et du coup l’utilisation de nymphe plus lourde sera plus adapté. Et ma boîte est bien garni pour faire face aux humeurs de ce poisson fantasme et j’arriverai vite à trouver 2-3 modèles qui tireront leur épingle du jeu. A force de pêcher différentes rivières plus ou moins compliquées, on arrive vite à s’adapter et pour une première sur l’Albarine en pleins mois d’août, ça s’est plutôt excellemment bien passée. Quelques beaux poissons de +40 avec de beaux combats, d’autres calibrée, une dizaine d’ombres sortis plus quelques décrochés dont un très gros mais c’est le jeu. Certains recrachaient hyper vite. Une superbe journée passé malheureusement trop vite surtout quand on connaît pas la rivière, on perd toujours un peu de temps à localiser les bons spots mais un plaisir de découvrir de nouveau petit coin bien sympathique.

DSC_0359DSC_0353DSC_0338DSC_0363Des poissons vifs, combatif et très malin. La pêche de l’ombre à vue, une pêche captivante.

DSC_0361Suis-je pas bien en vacance dans de tels décors ??? Le kifDSC_0368Remise à l’eau d’un beau pépère !!

Arrivait déjà le dernier jour de mes vacances de pêche. Je savais pas trop vers ou me diriger pour cette dernière journée. Retourner sur l’Albarine pour plier du blank ou espérer juste un seul ferrage sur une truite de la Bienne. Tout était la question mais j’étais pas mal fatigué du coup mon choix se porta pour rester près du camp de base et pourquoi pas finir en beauté. A ce moment là j’en doutais fort.

DSC_0312Le beau temps avec de grosse chaleur était de nouveaux de retour dans la vallée. L’eau était redevenu très clair, un débit redevenu d’étiage. Le lâcher d’eau  a bien nettoyer le fond de la rivière car il commençait à y avoir beaucoup d’algues.

DSC_0295Le final

  • 7h30 : j’arrive sur un spot que j’apprécie bien, j’ai décroché cette semaine un poisson lors d’un combat malheureusement mais d’autres n’ont pas encore goûtés ma petite nymphe mais cette endroit est ultra difficile et je me casserai encore les dents.
  • 9H30 : je décide sur un coup de tête de descendre en aval de ce spot, un endroit qui m’attire pas forcément et au détour d’un spot je remonte lentement la rivière et commence à apercevoir 2 jolies poissons en spot.
  • 10H : Une approche délicate pour ce spot, le poisson reste toujours en poste dans ce courant. 2-3 passages avec ma premières nymphes mais rien ne se passe. On change, on relance discrètement, et à la seconde dérive c’est ferré ! le combat commence, le poisson descend le courant mais malheureusement ma soie se prend dans des arbres en aplombs et le poisson remonte le courant en direction de souches et d’arbres dans l’eau. Je réagis au plus vite mais il est trop tard, le poisson est dans les tas de branches. Et grosse erreur je prend le nylon par la main et c’est la casse 🙁
  • 11H : Retour à la voiture, et 2ème frayeurs de la semaine, un frelon me tombe sur la tête et me pique 🙁
  • 11H30 : A la recherche d’une pharmacie car j’ai trop mal mais heureusement je n’ai pas enflé.
  • 13H : J’essaye d’avaler un repas et de me remotiver malgré la douleur, je commence sur un secteur que je connais mais calme plat.1440665836677
  • 14H : J’arrive sur un spot, 2 moucheurs s’équipent aussi. Une petite discussion et je pars rejoindre la rivière, direction le spot de ce matin et pourquoi pas voir plus loin. Je marche pas mal sans trop croisé de poissons quand soudain sur un grand plat un premier poisson aperçu, je lance, ça dérive doucement c’est pendu mais gros rush et je bloque comme un débile et je pète. C’était pas super gros en plus mais déçu 🙁
  • 15H : Obligé d’arrêter de descendre la rivière car un pêcheur se trouve en aval du coup marche arrière et c’est parti pour remonter la rive. J’avance en scrutant le large quand soudain un engin en bordure descendant sur moi. Un lancer suivi d’un second et la petite nymphe se fait aspirer par cette énorme bouche, ferrage appuyé et premier gros rush contrôlé !! un gros combat s’en suit, le cœur bat à 100 à l’heure, car j’ai devant moi surement le plus gros poisson de ma journée et de ma semaine. Instant incertain jusqu’au moment ou je glisse ce trésor dans l’épuisette !!! Waouuuuu j’oublie la douleur et cette journée qui s’annonçait vraiment pourri. DSC_0377DSC_0376Ma quête aux étoiles estivales réussit …

Après cette magnifique zébrée, j’ai continué mon chemin en direction de la voiture quand soudain une belle dormeuse. Je change avec une nymphe un peu plus lesté, un lancé suffira, la nymphe atterrira devant sa bouche et se fera aspirer tellement le lancer fut précis.  Ferrage mais décrochage 3 secondes après.

Peu importe ma journée était bien remplis et je pouvais prendre la route sereinement la tête remplis d’étoile …

DSC_0384

Summer 2015 Road trip

Une semaine entièrement de pêche en solo avec des conditions estivales et des poissons ultra sélectifs, une pêche passionnante et pas facile mais tellement captivante et envoûtante. Des paysages à couper le souffle comme toujours.De grosses émotions parfois et des frayeurs !! 3 rivières parcourus avec des premières pour moi… Des décors différents, des approches différentes mais la même passion, la traque de nos poissons favoris.

Tour d’horizons

DSC_0294

Mon camp de base était établi sur la Bienne, rivière somptueuse du Jura. Depuis ma première rencontre en mai, j’avais qu’une envie, y revenir pour ces belles zébrées et son paysage mais nous sommes fin août, un niveau d’étiage conséquent et des poissons ultra sollicités depuis l’ouverture qui on prit un comportement d’éducation absolu face aux pêcheurs, à nos mouches. Une pêche  délicate et ultra fine ou faut rien lâcher et rien n’abandonner pour arriver à ces rêves … ça aura été la pêche la plus compliquée de la saison pour l’instant mais ça fait du bien parfois de se ramasser un peu. Depuis le début de saison sur toutes les rivières parcourus, j’arrive à chaque sortie à tirer mon épingle du jeu mais cette fois-ci je connaîtrais lors d’une journée le zéros pointé … Rivière difficile mais tellement somptueuse.

DSC_0292Une eau très claire, des poissons mobiles jamais en poste, des zones de calme sans courant,aucune éclosion, il fallait donc faire face à tant de paramètre pour arriver à sortir son épingle du jeu. De plus, une rivière victime de son succès depuis sa ré-ouverture en no-kill ou chaque jour de nombreux pêcheurs fréquentent la rivière et forcément à certaines périodes de l’année, la pêche devient compliqué surtout par eaux basses.

IMG_20150831_133745Dans ces conditions, la pêche en nymphe légère à vue est reine. Soie 4, un très long bas de ligne sur une pointe ultra fine (10 voir 9centième à certains moments) sur de petites nymphes. Certains de mes modèles présentés lors de l’article précédent m’ont permis de détourner quelques poissons éduqués. Mais les poissons étaient vraiment éduqués et chaque prise se méritaient et chaque poisson ramené à l’épuisette était une grande récompense. Même le nylon ultra fin , la micro nymphe non lesté étaient détectés trop souvent malgré l’ application du pêcheur. Fallait que chaque approche, chaque posée, chaque dérive soient parfaite pour espérer arriver à son bonheur quand la magie voulait bien s’opèrer …

DSC_0317 Ne sont-elles pas belles nos zébrées de France ??? Une beauté de la nature pour moi, la perfection qui m’aura valu une petite frayeur. J’étais en hauteur, le poisson approche la bordure, la ligne est déjà dans l’eau, je ramène lentement ma soie pour amener la nymphe dans son champ de vision, la proie est détecté et saisit dans le fond (assez profond), ferrage, puis prise de contact, un moment fort en émotion. Je contrôle grâce à ma hauteur les premiers secondes du combat malgré la taille du poisson mais un premier gros rush arrive et le poisson se retrouve dans le milieu de la rivière. La zone est encombrée sur chaque coté par des arbres et le fond est parsemé de gros cailloux. Je dois descendre de cette petite colline caillouteuse et dans ces moments là aucune hésitation on file tous droit et malheureusement je glisse et je finis 2m plus bas sur le cul, veste arraché et coude abîmé mais plus de peur que de mal et surtout j’ai toujours la canne en main et le poisson au bout. Je pourrais finir le combat rapidement 🙂 pour glisser cette beauté de la nature

DSC_0320De gros orages avec des pluies soutenus lors d’une nuit et une matinée fera du bien à la nature. Ce jour là, la rivière ne bougera pas mais le lendemain matin en partant faire le coup du matin je me retrouve avec un lâcher d’eau à plus de 20 mètre cube, une eau teintée et là forcément impossible de pêcher. On prend le risque et on part à l’aventure sur la rivière d’Ain à Champagnole découvrir cette mythique rivière.

DSC_0335DSC_0339DSC_0343Une très jolie rivière malgré une eau légèrement teintée mais grâce au blog à Nico39, j’ai pu avoir des renseignements sur les secteurs dont une partie en débit réservé ou l’eau était plus claire et ou la pêche à vue était possible. Merci pour le partage et ces informations Nicolas :)via ton blog. Voici le lien pour ceux qui connaissent pas ce blog : http://www.nicolas39-peche-mouche.com/

Quelques poissons lors de cette sortie dont une fin d’après midi en sèche sur des petites truites sympathiques. Une charmante rivière ou faudra revenir pour voir son vraie potentiel avec une eau plus claire.

La fin du séjour approche déjà mais encore de belles choses à faire partager prochainement …

 

 

Série de nymphes estivale

Quelques petits modèles de nymphes légères pour cette période estivale. On prépare les prochaines vacances avec des classiques et de nouveaux modèles passe partout . Du light en cette période de l’année … Surtout au mois d’août ou la pêche devient plus difficile.

P1000609

Gammare léger avec des nuances de différentes couleurs.

  • Hameçon n°16 Tiemco 2488
  • Fils Rose
  • Fils de cuivre fin coloré argent pour le cerclage
  • Body Stretch transparent
  • Dubbing Synthétique nymphe. Utilisation de 2 couleurs (orange et beige clair)
  • Résine UV

Le gammare est une nymphe connu par tous le monde. Plusieurs varientes sont possible que ça soit en taille, poids, couleurs, matériaux. Cette nymphe est redoutable sur les truites comme sur les ombres. Un passe partout à avoir obligatoirement dans sa boîte … Ce modèle est très léger car je n’ai mis aucun fils de pombs, une arme redoutable en cette période.

P1050681

P1000624

Petites nymphes sur hameçon de 18 avec bille laiton de 2mm. Encore du léger pour une pêche discrète et redoutable sur des poissons éduqués. 

P1000627

Une variente en couleur … le montage des nymphe est un univers ou l’imagination n’a aucune limite que se soient dans les couleurs utilisées dans les matériaux. J’adore vraiment.

P1000632

P1000636

Une taille en dessous sur hameçon de 20 kamasan B405 lorsque les poissons deviennent plus tatillon face à nos mouches. Toujours sur bille laiton pour une pêche ultra discrète. J’ai souvent remarqué de très jolis poissons postés dans très peu d’eau et pour attaquer ce genre de poissons, il faut vraiment des nymphes discrètes.

DSC_0069

Pour la pêche de la truite je ne descend pas en dessous de 20 en taille d’hameçon car après on risque de trop décroché surtout sur les beaux poissons.Maintenant il reste plus qu’à essayer cette petite série au bord de l’eau. L’aventure recommence…

DSC_0020

DSC_2516bis

En eaux profondes

Une dépression est annoncée pour ce week end annonçant rafraîchissement par des pluies et des orages. Enfin de l’eau pour notre nature. Une pêche était prévu ce samedi et j’allais me retrouver seul jusqu’à la veille ou mon ami Pierrot se proposa de m’emmener pour passer cette journée de pêche ensemble. Une météo plus clémente à l’ouest de Paris et des Orages, pluies vers la Bourgogne … Peu importe on décide de prendre le risque, direction La Côte d’Or pour la traque de ces ombres et de ces truites. La rivière me manque …

IMG_20150809_125202 On retrouve vite les bords de la Seine et nous choisirons d’un accord commun un secteur avec de belles fosses. A notre arrivé, le temps est couvert et orageux avec dès le début une légère pluie qui s’invite. Un temps au top ou malgré la faible luminosité extérieur, la rivière reste un aquarium et on distingue très rapidement les premiers beaux ombres. La pêche en plein mois d’août n’est pas la meilleure et nous sommes déjà sur la pente descendente vers la fermeture proche de la 1ère catégorie. Que la saison passe vite…

P1000588

C’est le royaume de la pêche à vue en sèche ou en nymphe. Les poissons ont été sollicité depuis l’ouverture par de nombreux pêcheurs et même les ombres habitués à rester en place se comportent différemment en prenant parfois des fuites digne d’une truite. L’approche et la pêche devra être discrètes et soignées pour tirer son épingle du jeu dans cette arène surpêchée mais tant magique.  

DSC_0250

Malgré la sécheresse des 2 mois passés, le niveau semble très correcte et ce secteur à l’avantage d’avoir de très belle zone de profondeur ou les poissons se positionne. Ces fosses apportent oxygène, nourriture et sécurité pour ces grands poissons. La pêche n’est vraiment pas évidente dans ces secteurs car parfois le poisson se trouve dans 2m voir 3m de profondeur. La magie de la pêche à la nymphe à vue prend tous son sens. Faire descendre le plus naturellement possible sa petite nymphe dans la couche d’eau jusqu’au poisson recherché. A de telles profondeurs avec des petites nymphes sur des hameçons compris entre 16 et 20, il est quasiment impossible à partir d’un certain moment d’observer sa nymphe évoluée. Il faudra alors deviner sa dérive toute en observant l’ombre convoîté.

DSC_0257

L’instant magique apparaît lorsque vous voyez le comportement du poisson changé. La dérive est parfaite, la nymphe est descendu naturellement traversant cette grosse couche d’eau. L’ombre se décale pour aller saisir sa proie et ouvre grand la bouche … La magie opère, un pur moment entre cet instant ou le poisson se saisit de la nymphe, l’interprétation du moucheur suivi de son ferrage. Et ferrer un ombre de plus de 40cm dans une eau claire comme un aquarium avec 2-3m de fond c’est un moment plus que magique et une superbe récompense entre l’approche, le lancer et surtout la dérive. Le choix de la nymphe est aussi primordiale entre sa taille, son aspect et son poids. Les poissons de la Haute Seine en voient passer des milliers donc chaque détail compte et chaque prise est une récompense pour le moucheur.

DSC_0264

DSC_0266

Et en fin de matinée, j’aurai réussi 3 supers coups dans des zones profondes pas évidente avec 3 magnifiques ombres entre 42 et 46cm dont leur défense aura été majestueuse avec de beaux rush et quelques chandelles !! Les 2 premiers se sont déplacées vers la nymphe et on ouvert la bouche comme des gorets affâmés (pourtant il était pas entrain de nympher) et le dernier aura été pris à ras du fond. Je voyais plus ma nymphe et le plus gros poisson de la zone se décale et vient broûter le fond une première fois j’anime légèrement il poursuit en avançant et j’en déduit qu’il est sur ma nymphe car avant de l’attaquer il était immobile. Ferrage et je ressens ce gros ombre comprimer mon blank …

DSC_0270

Pierrot fera un joli ombre en nymphe à vue malgré que ça soit pas sa pêche de prélidection mais il s’en sort pas trop mal. Je toucherai 2 petits ombrets de 10cm qui est très bon signe comme quoi le poisson se reproduit et on observe différente tranche d’âge au bord de la rivière. La relève est assurée.

Après un bon repas, on décide de changer de secteurs et de remonter sur l’amont de la rivière. Je commencerai par décroché 2 truites à vue à la nymphe-noyée, elle déclenche l’attaque lorsque la nymphe passe devant leur nez avec la pression du courant et de la ligne. Un beau poisson dans le lot se décrochera. Quelques gobages apparaîtra enfin sur l’eau et Pierrot pourra enfin pêché en sèche pour son plaisir. Jusqu’au soir la pêche en sèche nous apportera pas mal de poissons surtout des ombres. C’était pas des gobages réguliers mais si la mouche passe au bonne endroit, il y avait de grandes chances que le poisson monte la saisir (bien entendu faut avoir une bonne mouche d’ensemble)

DSC_0275

DSC_0272

 

J’espère pouvoir revenir encore une fois sur cette magnifique rivière avant la fermeture, on devient vite accroc de la pêche en profondeur ou chaque poisson est mérité. Merci à mon ami Pierrot pour cette journée et maintenant place aux préparatifs pour une session mouche fin août avec je l’espère de beaux clichés comme souvenir …

DSC_0255

DSC_0268

DSC_0259

Relachez vos rêves …

La Sorgue en nymphe à vue (vidéo)

Ça y est le 2eme opus est enfin téléchargé avec un voyage au bord de l un des joyaux Français, la Sorgue. Résurgence magnifique du Vaucluse ou nagent truite zébrée et ombre pour le plus grand bonheur des pêcheurs. Un royaume pour la pêche à vue dans une eau ultra transparente. Bon voyage et à bientôt pour de nouvelles aventures

Découverte des gaves en nymphe à vue

Avant de découvrir les fameux gaves des Pyrénées, mon séjour débutera dans ma région familiale au bord d une rivière que je connais bien.

La rivière offre encore quelques instants magiques malgré une baisse significatif encore cette année de son cheptel. Quelques clichés sélectionnés sans s étendre plus …


Une matinée bien trempée mais heureuse

Un poisson solitaire sur une berge oubliée

Mensuration XXL et combat en force auprès des obstacles. Ne pas négliger son diamètre de fils. Car quand on tombe sur un tel poisson faut mieux être préparé

Instant magique avec ce Martin pêcheur

Une robe magnifique et unique ces truitesdu partage avec les copains, un plaisir aussi d échanger et de passer un bon moment au bord de l eau

Il était temps de partir vers d autres horizons avec la découverte des gaves et plus précisément au bord du gave d Oloron ou nous étions pour ce séjour

Un gave magnifique magique mais déconcertant à la fois. C est vrai qu’en cette fin août les conditions sont loin d être favorable et le cheptel en truites comparé au rivière du Jura du Doubs de la Dordogne et d ailleurs , c’est incomparable. Faut être bien accroché et avoir les jambes solides, l esprit motivé. Chaque poisson se mérite

Faire une matinée sans voir un poisson, bienvenue sur le gave. Et lorsque vous en croisez un, C est pas dit que tout soit aligné pour réussir. Zéros activité de surface le soir, pas d insecte ou très peu, une saison très délicate et pourtant je ne pouvais pas partir d ici sans découvrir ce qu était une panthère !

Entre vacance, balade, découverte de la région et quelques parties de pêche, la magie à pu s opérer

un doublé sympathique en nymphe à vue. J épuisette le premier poisson quand soudain je vois sur ma droite un poisson longé la bordure. Le coup que tu sens bien. Je pose l épuisette, récupère ma nymphe et arbalète ! Boum un beau doublé 😊

Les gaves sont magnifiques

Le hasard de tomber au même moment dans la même région avec des amis de pêche. On a pu profiter d’un ou 2 coup du soir en équipe.

Je remercie aussi les personnes qui ont pris le temps de partager leur experience, leur connaissance sur les gaves ils se reconnaîtront et c’est tjrs agréable d échanger de discuter de notre passion.

Et pour finir ce séjour, qui fut l apothéose de de ce voyage, la cerise sur le gâteau Basque, un poisson de l espace pris en nav qui m à fait trembler du ferrage jusqu’à après le combat, inoubliable et de toute beauté ces panthères, je comprend mieux maintenant pourquoi elle attire la convoitise

Une région accueillante et agréable, un agréable souvenir 👍

 

La Sorgue paradisiaque

Ça y est ! Enfin l’arrivé d une session au bord de l eau et pour ces quelques jours de congés en juin, je vous emmène dans le sud au bord de la Sorgue du Vaucluse. Une riviere magnifique, limpide. La plus grosse résurgence d Europe. le royaume des truites zébrées et de l ombre commun. Une rivière qui se prête à merveille pour la nymphe à vue.Des truites sauvages aux robes magnifiques.

Une pêche technique pour réussir à déjouer la méfiance des beaux poissons car cette eau limpide et ultra claire à un profil varié avec des zones assez profonde et la clarté de l eau surprend rapidement. Elle est très prisée et attire de nombreux pêcheurs et touristes.

Avec la fin du confinement, beaucoup de fidèle au bord de l eau mais on arrive tjrs à trouver un petit coin sympa. Et puis mes pêches matinales permettent d être assez tranquille. C est quand je sors de l eau que les pêcheurs arrivent 😂

Le débit était au top, légèrement plus fort que les années précédentes. Temps mitigé sur la moitié de mon séjour avec du vent régulièrement, un gros orage mais mes créneaux de pêche au levé du jour pour le coup du matin (De 5h30 à 9h00) et les coup du soir permettent de trouver des moments avec une accalmie du mistral.

Malheureusement, je n ai pas pu profiter de la période de la mouche de mai. Arrivé trop tard malgré quelques éphémères

Certains beaux poissons ne sortent que sur des courtes périodes. J ai pu observer sur certains spots un changement radical. 20h30 le spot est vide et dès que la lumière baisse, diminue, la vie s anime et de belles manières. De beaux poissons sortent et se mettent à nympher sur des zones encombrés. J ai pu touché quelques poissons sympathiques en nymphe à vue comme ces 2 belles zébrées.

Une rivière envoûtante au secteur varié

Je me suis plus consacré sur les truites zébrées même si les ombres restent magnifiques et majestueux.

Mais les robes des zébrées « made in Sorgue », elles sont d une beauté 😍

Magique magnifique et unique ces robes…

C est le royaume du Martin pêcheur aussi. Même avec mon zoom 30×, J ai pas pu faire mieux et la luminosité a 5h45 du matin est pas fantasme.

J ai eu très peu de louper dans mon approche. Je décrocherai d entrée 2 poissons dont un très beau à l arbalette. Le poisson venant sur moi, il ouvre grand la bouche sur la nymphe mais se dépiquera rapidement. Ça met d entrée la pression mais une fois les automatismes en place, la suite fût sympathique. Après il y a tjrs les poissons qu on regrette.Comme cette grosse truite postée que je louperai au ferrage l avant dernière matinée. Mais heureusement que le lendemain, J ai eu ma revanche sur un autre poisson ✌

Mon dernier coup du soir sur une retourne, J aperçois un poisson bien sombre sortir des herbiers. J arbalète mon gammare et c est pendu. Je bride, le poisson est en surface mais étant légèrement trop court le peu de mou lui fait faire un aller dans les herbiers et je casse. Je reste immobile en observant l herbier ou j ai cassé. C est même trouble. Quand soudain je vois un poisson arriver à la gauche tranquillement. Elle m a pas vu. Je noue rapidement un gammare et l expédie discrètement. 30s après je ferre et encaisse un beau rush. Je finis au milieu de la rivière avec une belle zébrée

J ai fait quelques séquences vidéos en solo donc d ici fin 2020, je partagerai quelques moments

💥dernière matinée sur la Sorgue💥
La veille je loupe un très beau poisson au ferrage. Du coup retour sur ce secteur mais je débute sur l aval du parcours. J observe un gobage sur une bordure. Je ferre une petite truite de 25cm quand soudain je vois une masse venir taper dans ma prise à 2-3 reprises 😱. J hallucine ! Le gros poisson se cale en aval de moi à une dizaine de mettre.
Je commence à lui faire un premier passage de la sèche et je l a sens tout excité lors du dragage de la mouche. Changement radical de technique. Je change de pointe et la raccourci et je fixe un streamer vairon maison. Je lance 5m au dessus d elle et laisse le courant faire. A l impact, la cible était déjà verrouillé. Animation sur 2-3m que le blank de la Canne se plia 😁
Du coup le reste en photo 😎
Ps: c est pas une pure souche 🙁 mais le déroulement de sa prise était sympa et ça reste un beau poisson ✌
elle a faillit se faire croquer, ça vallait bien un petit souvenir 😁😱

 

La rivière m a offert de supers moments de récompenses sur de courtes sorties. Un régal ce joyau…

A bientôt La Sorgue 😎

 

Libéré, délivré

Libéré délivré comme dirait ma fille. Enfin, nous pouvons refouler les berges des rivières après ces 55 jours de confinement. Une délivrance pour le passionné que je suis.

Et pourtant mi-mars, la saison se lançait de belles manières

Mais voilà 2 jours après, notre mode de vie allait complètement changer. Retour à la maison pour rester enfermer.

J en ai donc profiter dans le montage des mouches.

Du classique et quelques modèles plus réfléchis comme ce gammare très réaliste.

Et l heure d une seconde ouverture pour les pêcheurs retentit en date du 11 mai 2020.

Malheureusement une limite de 100km est mise en place impactant fortement mes envies d’évasion sur mes rivières de coeur.

Les sessions s annulent au rythme du confinement et du déconfinement. Pas grave, l heure de la liberté, de la délivrance a sonné et l envie est trop forte de retrouver LA RIVIERE.

Une ouverture de l ombre pour retrouver ces sens, ces facultés, son adaptation dans la technique et la pêche a vue, c est comme le vélo ça ne s oublie pas.

Même si la clarté de la rivière était légèrement piquée, le soleil était au rendez-vous facilitant le repérage des poissons dans les zones peu profonde.

Un retour au bord de l eau qui fait plaisir. Pêche en nav et en sèche sur différents biefs de la rivière. Que ça fait du bien de retrouver ce goût d évasion et d aventure.

Le seul point négatif, on a remarqué une baisse significatif des ombres de 20-25cm sur différents secteurs… a vérifier au fils de la saison quand l eau sera beaucoup plus claire.

La saison de la mouche de mai…

Vivement la prochaine sortie 😎

À bientôt

Test guideline Lps au domaine de Coyolles

L hiver permet de garder le rythme et les automatismes grâce aux sorties en réservoir. Et la découverte d un nouveau lieu est tjrs agréable et palpitant. Direction le domaine de Coyolles en compagnie de mon père et de mon ami Pierre. J ai sélectionné ce réservoir car il est possible de pêcher à vue 😎

Un choix qu’on ne regrettera pas : un très bon accueil, un site naturel et très bien peuplés de poissons combatifs, un étang spécial brochet. Tout était réunis pour passer une agréable journée.

Cette journée m a permis de tester la nouvelle Guideline Lps en 9.9p soie 3, une canne typé nymphe au fils. Je l avais commandé en canne de secours pour mes pêches sur la Dordogne mais vu que le mois d octobre a été bien arrosé sur le bassin de la Dordogne, je n ai pas eu la chance de la tester et il me tardait de découvrir son action et sa polyvalence en sèche et nymphe

J ai pêché a 80% en nymphe à vue et j ai eu la chance de toucher des poissons jusqu’a 60cm. La canne à bien répondu. Je suis resté en 13/100. Une canne légère sobre avec une poignée fine qui donne de belles sensations et un rapport qualité prix imbattable.

J ai pu aussi testé en sèche et elle est bien réactive dans les ferrage et dans la précision. Après me tarde d essayer en rivière et en pêche roncari-nymphe au fils soie de sortie pour avoir un ressenti en condition rivière.

Si vous voulez en savoir plus sur cette canne vous pouvez retrouver son test ici :

http://www.truites-et-cie.fr/article/materiel/mouche/test-guideline-lps-99-3-et-96-2

Un bon moment au bord de l eau entre passionné. C est sûre, nous reviendrons a Coyolles 😊

Dans un mois, place aux choses sérieuses 🤞

 

Vidéo : Résurgence le paradis de la nymphe à vue

Destination sur l une des plus belles résurgences de France à la recherche des brown trout cuivrés. Un paradis fragile qu il faut respecter et préserver.

Le royaume de la nymphe à vue pour ce 1er épisode. Bon visionnage et vivement 2020 pour poursuivre l aventure vidéo sur de nouvelles destinations