la magie d’une rivière : La Dordogne

Rivière de mon enfance, rivière de cœur, La Dordogne coule en moi par sa beauté, son paysage, ces poissons et sa technicité. Comme chaque année, je fais le voyage en terre Sainte, un pèlerinage toujours trop court mais tellement ressourçant.                                   Pour cette année, je serai accompagné de mon ami Pierre qui découvre pour la première fois la Belle et se fut pour lui une découverte remplie de charme.

DSC_2517Une semaine de pêche, de découverte et d’admiration face à une telle rivière.                  Je me mettrai dans la peau d’un guide pour lui faire découvrir mes meilleures spots et pour lui apporter mon expérience sur ces poissons magiques. Et il se rencontrera rapidement de la difficulté de la rivière : micro courant, des poissons éduqués, bas de ligne plus long adapté à ce genre de rivière, découverte de la nymphe au fils.               Notre semaine allait être rythmé avec un temps aléatoire avec de la pluie, orage, un peu de soleil, un niveau excellent et stable et une clarté variant en fonction des orages.

Maintenant place à la magie de la rivière et des meilleures instants vécus lors de cette semaineDSC_2534 L’arrivé au bord de la Dordogne est toujours un instant magique. Après un petit pique nique, on décide de faire 2 petites heures de pêche avant de récupérer notre mobil home. Direction un grand spot de la Dordogne, le pont de Montceau. Je me place dans un bon courant que je connais bien, quelques éphémères vire-volte. Un gobage se manifeste. Je me place au mieux pour l’attaquer. J’attends que le poisson remonte pour bien cibler la veine d’eau ou doit descendre ma mouche. Muni de ma petite éphémère j’effectue mes premiers passages et le poisson ne tardera pas à monter sur ma mouche mais pour me la refuser. 3fois de suite je vivrai ce scénario et je décide de changer de mouche. Je noue ma mouche fétiche qui a déjà fait ces preuves dans le passé. Premier passage, gros gobage le poisson est ferré et mon intuition était la bonne, il s’agit d’un bel ombre. Joli combat et j’épuise un beau pépère de + 40cm. Ma semaine commence à merveille. Quel bonheur de re-caresser ce poisson mythique de la Dordogne. DSC_2540   DSC_2526Un jour dans la semaine :                                                                                                Après un gros orage ou on s’est abrité dans la voiture, on part sur un nouveau spot. Un poisson monte régulièrement. Pierre est en aval en nymphe. J’attaquerai donc ce gobage et au 3ème bon passage une très belle truite fend la surface de la rivière, un rush habituel mais je contrôle le combat pour admirer cette merveille. ça sera le seul gobage de l’après midi. DSC_2522Un soir de victoire en bleu :                                                                                              Petite pause bien mérité devant France-Nigéria et victoire des bleus 2-0, le coup du soir se fera avec le sourire et on ira sur un secteur que je connais bien. Et contrairement à notre début, quelques gobages à droites à gauche. ça fait plaisir de voir une activité de surface (mais malheureusement ça sera la seule grosse de la semaine). Gros coup du soir pour ma part avec 2 magnifiques ombres de +40 en sèches. Pierre de son côté, ça sera très calme mais il sortira un petit peu de l’eau car entre 21h30 22h15 il y a eu un gros pique. DSC_2528DSC_2531Après midi sur un nouveau secteur                                                                                   Je fais découvrir à Pierre un nouveau secteur paisible et sauvage. Sur un grand plat avant une belle cassure, je le regarde pêcher le seul gobage du plat. Le poisson monte régulièrement mais le coup est vraiment pas facile car un renoncule à ras de l’eau est placé juste devant le gobage et crée des micros courants et une accélération de l’eau. Je lui montre l’importance du placement de la mouche et du positionnement du nylon. Il essayera de leurrer ce poisson pendant que moi j’ai repéré un gobage sur notre gauche. Je descend donc de quelques mètres pour me placer au mieux mais le gobage est pas évident car il est dans une grosse veine et j’ai peu de repère. Il est pas très régulier. J’essaye quelques passages mais ça donne rien. Je change de mouches et ré-essaye mais je sens bien que le soucis vient du positionnement du placement de la mouche. Je passe pas dans la bonne veine. Après plusieurs passages infructueux, je m’avance un peu discrètement. Son gobage n’est malheureusement pas régulier. Je noue une lègère émergente de ma collection. J’attends, attends… Il regobe enfin je fixe son point de monté, je lance 2 mètres plus haut, ma mouche humidifier avant, pénètre légèrement sous la surface, je la vois même pas. Arrivé sur la zone de gobage je fais une légère animation pour faire remonter mon émergente quand soudain le bas de ligne se tend brusquement. Je ferre “the ombre”, un très gros pépère. Gros combat en 10centième. Instant magique entre le ferrage, le combat et l’admiration de ce trésor. +45 cm de rêve remis délicatement à l’eau. Et Pierre dans tous ça !!! Toujours avec son poisson gobeur. Il me dit d’essayer. Gobant plus régulièrement je lui présente mon émergente et au 3ème passage je ferre une très belle truite éduquée. Après ces 2 poissons calme plat sur le secteur. DSC_2546DSC_2525Au fils des jours, Pierre progressera rapidement à la nymphe au fils. Adepte de la sèche, je lui ai adapté son bas de ligne afin qu’il puisse pêcher en nymphe au fils et à la sèche à sa guise en fonction de l’activité. Il est très patient, appliqué et prend son temps pour peigner l’eau minutieusement et une après midi il sera récompensé par plusieurs poissons pris en nymphe au fils. Plaisir partagé 🙂 Il prendra plus d’une dizaine de poissons lors de ce séjour mais en loupera quelques uns mais il sait pourquoi 😉 mais les prochaines fois il aura engendrer de l’expérience grâce à ce premier voyage. On avait bien préparé ce voyage à l’avance avec quelques montages de mouches de base nécessaire dont la fameuse “Sulfure” ou son émergente m’apporta quelques ombres lors d’une après midi.

DSC_2559

No kill d’Argentat :                                                                                                             Jeudi matin, superbe temps sur la vallée de la Dordogne, on décide de découvrir le no kill entre les 2ponts. J’avais jamais pêché ce secteur sauf en aval et en amont vers la piscine. Une grosse veine centrale se distingue ente ces champs de renoncules. On pêchera en nymphe car aucune activité. Je prendrai une petite truite et Pierre cassera sur un très gros ombre mais vraiment pas évident avec la puissance du courant et les renoncules. Certains endroits sont vraiment pas évident car assez profond et ça pousse fort dans cette veine.                                                                                                                            Je décide de sortir de l’eau et d’aller voir sur le pont du centre ville. En passant sur le quai, un gobage m’intercepte sur le plat en aval du pont. Je monte sur le pont et observe l’eau avec mes polarisantes. Je vois quelques petits ombres. J’essaye l’amont en nymphe mais l’eau profonde me fait descendre à l’aval du pont.1 Gobage comme tout à l’heure en passant. Il est assez loin et ayant l’eau déjà au nombril j’ai du mal à localiser précisément. Je l’attaque en nymphe mais sans succès. Il monte pas régulièrement, 3fois en 30 min et la distance n’aide vraiment pas. Je décide de pêcher l’eau en sèche en peignant cette veine à différent endroit en espérant faire le bon passage à son niveau. En vain. Je remonte une petite nymphe pour poursuivre ma descente vers mon collègue afin qu’on puisse allez manger quand soudain l’ombre remonte et j’arrive cette fois-ci à bien identifier l’endroit exacte de l’impact. Allez petit décalage, j’enlève ma nymphe et je noue ma sèche fétiche que j’ai pas encore testé sur ce poisson. Premier passage approximatif pour régler la bonne hauteur, la bonne dérive. Second passage, ça pose bien, je pêche légèrement aval, ma mouche dérive naturellement quand soudain gros plouf, gobage !!! ferrage. Le blank de ma 10p Sage se compresse, un super beau poisson est au bout. Le poisson use de sa force de sa taille de son intelligence mais je garde le calme et travaille ce magnifique ombre. J’ai au bout de ma canne encore un poisson trophée de la Belle et j’épuiserai avec bonheur ce spécimen de +45cm. Longue vie au no kill car quels poissons !!! une beauté de la Dordogne et je sais encore plus pourquoi cette rivière hante mes pensées de pêcheurs. DSC_2579Une semaine grandiose malgré une faible activité de surface pourtant malgré ça je ferai de superbes poissons en sèche avec 5 ombres de +40 dont 2 gros pépères de +45. Il suffit de patienter d’observer, bien entendu d’être au bon moment au bonne endroit et s’appliquer dans sa façon de pêcher et le choix des mouches. Parfois qu’un seul gobage sur un secteur mais il suffit que ça soit un trésor comme celui du no kill et votre journée sera que du bonheur, tout façon poisson ou pas, petit ou grand, le fait d’être au bord de la Dordogne, c’est que du bonheur, le paradis des moucheurs.                                              La nymphe au fils permet aussi de prendre de beaux poissons et j’ai encore se souvenir de la décroche d’un très beau ombre dans une veine puissante. Au total plus d’une trentaine de poissons pris pour moi sans compter les louper décrocher. Une superbe semaine !! Petit coup de cœur lors d’une après midi je ferre en sèche une belle truite de 35cm combatif et lors du décrochage elle me pète sur ma pointe 🙁 . Le lendemain même spot au coup du soir, une truite en poste gobe régulièrement. Je lui présente une petite éphémère et je re-ferre ma truite de la veille avec ma mouche et mon bas de ligne cassé. Content de lui redonner sa liberté totale. DSC_2584IMG_20140705_203657Déjà rentré que la rivière me manque déjà …

Maintenant place à une nouvelle aventure d’ici quelques jours pour le week end du 14juillet. Destination inconnu ou connu, j’improviserai mais je serai au bord de la rivière …

à bientôt

 

 

4 réflexions sur « la magie d’une rivière : La Dordogne »

  1. Sous tous les cieux ,La magie de la mouche nous emmène au paradis
    Ton récit me plait beaucoup =romantique et chargé de poésie
    Continue
    Amitiés halieutiques et à bientôt sur la rivière Espérance

    Pierre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.