Tous les articles par sanvoiz917

pêcheur à la mouche

Loop cross S1 une belle histoire

  1. J’en rêvais et elle est enfin arrivée …

L’histoire de cette canne commença sur le net. Je mettais dit que pour mon prochain voyage exo, il me faudra une canne de secours pour palier à tous problème sur place car il serait trop bête de se retrouver sans moyen pour pêcher sur une île paradisiaque.

Je commençais mes petites recherches sur le net. Je ne mettais pas fixer de budget mais je voulais rester dans le raisonnable surtout a cette période de l année.

Et lors d’un passage sur mon Facebook, je tombe sur des photos d’une canne montée main par Clément Lavaux, un passionné de pêche à la mouche que j’ai dans mes contacts.

Et le hasard fait bien les choses car il s’agit d’un modèle 9pied soie de 9 ! De longueur et puissance recherchés. Et semblerait-il qu’il lui reste quelques blanks de dispo…

Pas une n’y 2, j’envoie un premier message privé et s’ensuit une conversation et d’échange sur le montage d’une canne à mouche. Le rêve peut commencer …

Se faire monter sa canne à mouche selon ces envies, ces choix, ces critères … Un moment passionnant.

Et si j’ai accroché dans ce projet, c’est parce que j’ai tout de suite ressenti la passion et le savoir-faire de Clément. Et puis je le connaissais par ces articles sur son Blog Clem-flyfishing.com et par son site de montage de canne « Canne Lavaux ». Je suis moi-même bloggeur et j’aime découvrir mes confrères sur la toile du net. Ils nous font partir à la pêche par leur récit et leurs photos. Un peu comme moi !

Je ne partais donc pas dans l’inconnu et j’avais déjà un bon ressenti et lors des premiers échanges, je ne me suis pas trompé…

L’histoire de cette canne pouvait commencer par le choix du Blank, de la poignée, du porte moulinet des couleurs des ligatures, des anneaux et jusqu’à une touche personnelle par la réalisation de sa part d’un dessin que je lui avais demandé. Le kif total.

J’avais déjà quelques idées, je voulais une canne sobre discrète légère tout en ayant une certaine classe. J’ai toujours eu une attirance pour les belles cannes mais bien entendu la beauté ne fait pas tout, il faut bien entendu ce mariage entre tous les composants du montage et surtout avoir un blank réactif, équilibré dans son ensemble.

Et le jour J arriva avec la réception de ma canne montée des mains de Clément !

Une petite merveille, une beauté que je vous laisse découvrir par vous-même.

J’étais comme un enfant, les yeux qui brillait devant ce petit bijou.

Ça sera ma canne n°1, un vrai coup de cœur. Mon ancienne canne servira en secours. 

La classe non ? Il me tarde de l’embarquer dans ma future aventure exotique mais pas que,  car cette canne sera redoutable pour traquer les gros brochets … De beaux projets en perspective.

Tous mes vœux à tous mes lecteurs pour cette nouvelle année et à bientôt.

Encore merci Clément pour ce superbe travail

Composition de cette canne LOOP Cross S1

  • Blank Loop Cross S1 9pied en 4 brins pour soie N°9  action « fast médium »
  • Porte moulinet ALPS
  • Poignée et talon de combat en liège et extrémités en « rubber »
  • Anneaux de blank et de scion serpentiformes Hopkins Holloway TiCh 619 AP
  • Ligatures noirs avec liserés bleu
  • Dessin réalisé à la plume et encre de chine blanche

Place a 2018

Bonne année à tous les passionnés de pêche à la mouche. J’espère que cette nouvelle année apportera du plaisir au bord de l eau et de belle sortie…

2017 à été une bonne année halieutique même si mes sorties sont moins nombreuses. On profite un max, la passion toujours intact et j ai hâte d être mi mars pour l ouverture et lancer cette nouvelle saison qui j espère sera riche dans tous les domaines. 

Des nymphes en photos

On poursuit les tests photos en mode Macro sur quelques modèles issus de mes boîtes. la netteté est au rendez vous comme on peut le voir sur la photo avec  ce modèle de gammare léger… une valeur sûre, passe partout et vraiment pas très compliqué a monter. Cette nymphe en version noir et blanc pour la photo peut se décliner en différente couleur. Ce modèle est monté avec du substitut de condor couleur green insecte, cerque en pardo et dubbing naturel d opposum. Le chironome en version micro monté sur kamasan B911 en h20 pour les poissons vraiment très éduqués en réservoir mais pas que …Duo de gammares légèrement plus plombés dans une teinte différente sur des nouveaux hameçons japonais Masudzuri…Nymphe légère a utiliser au coeur de l été ou sur des poissons dans très peu d eau… Nymphe plus plombé avec une bille tungstène de 2.5mm. Pour truites et ombres. La photo a subi la transformation d un filtre donnant un certain charme a l exposition de cette nymphe. 

Dans un mois, on pourra profiter du salon fishing show qui se déroulera dans l Essonne a 45min de Paris. Un salon mouche qui monte en puissance et ou se déroulera le championnat de France de montages. Hâte de voir ça et profiter des exposants pour trouver quelques nouveautés dans le montages des mouches… 

 

Montages et photos

Malgré des boîtes bien remplis, le temps des montages de mouches a repris. Durant la saison je me suis lancé dans l élaboration de 2 nouvelles boîtes à nymphe, une spéciale truite avec que des classiques et des nouveaux hameçons sans hardillons et la finition de ma boîte à nymphe juste pour les ombres. De quoi m occuper même si je n ai pas trop de temps devant moi en ce moment.un classique parmi les classiques avec la fameuses cuivre de Nicolas Germain que je décline en plusieurs tailles et coloris et en utilisant des cerques de pardo. J utilise de nouveaux hameçons japonais disponible sur pêche truite.com, un super site que je recommande.J introduis pour la saison prochaine, des modèles de nymphe en Jig que je décline en plusieurs tailles et teinte tout en restant dans des couleurs naturelles. Ces modèles serviront pour les endroits encombrés et seront aussi redoutable sur les truites et ombres.

Dans le même style mais en variant la couleur du corps et de la bille.Je profite aussi pour combler les trous dans mes boîtes sèches avec mes incontournables émergente en culs de canard, déjà plus de 20ans que je monte en culs de canard lorsque j’étais ado et que je découvrais la Belle Dordogne et ces ombres fantasmes.

Ces quelques montages me permettent de découvrir la photo Macro avec mon nouvel appareil. Des premiers essais a peaufiner car je suis loin du résultats en terme de photos que je puisse rencontrer sur mon Facebook auprès de grands monteurs amateur de photos. L hiver me permettra d approfondir la bête qui déjà ma convaincu cette saison en qualité vidéo 4k et photo de paysage et de portrait.

Un petit souvenir d’une rivière qui me manque et qui j’espère renaîtra de ces cendres… L arrière saison permet de se remémorer nos souvenirs halieutiques.

Et pour finir une dernière imitation en Jig avec de la quill synthétique collante. Un rendu vraiment sympa. Encore 6mois a patienter sauf si j ai la chance de participer à une petite virée automnale pour croiser ce genre de sous marin 😊

Relâchez vos rêves 

Fermeture sous le signe automnale

En ce samedi 16 septembre, je foule les berges lors d’une dernière virée en terre champenoise en compagnie de mon ami Pierre. Une fermeture sous le signe automnale car la journée restera très fraîche. Un petit 7 degrés en matinée, 14 au plus chaud de la journée, des averses en après midi avec un gros orage… mais il nous en fallait plus pour nous démotivé. 

4 secteurs de visité sur cette magnifique rivière ou malgré un temps pas très opportun, Nous avons pu profiter de la pêche à vue 

Une vingtaine d ombres a vue verront le filet mais malheureusement pas de truites. J en ai aperçu qu une de la journée c est pour dire l état de certains secteurs de nos rivières mais heureusement qu’on pouvait compter sur nos chers ombres qu’il fallait aussi localiser sur certains biefs 

Rivière large me fesant penser à un instant a la Dordogne mais une pêche différente.

Et en ce dernier jour, un gros orage s abbat. On n arrête de pêcher et on se cale dans la voiture sur un nouveau secteur. La pluie commence à cessé. Nous descendons pour visionner ce nouveau secteur. Un premier rond, un second… sans hésitation on repars dans l eau et sent suit 1h30 d éclosion magique de petites éphémères… une dizaine de poissons chacun pour clôturer cette belle saison 2017… 

Seul bémol mes waders qui ont pris l eau… La malchance me poursuit dans les waders mais je les sollicite pas mal.

Bonne arrière saison a vous 

Summer, dernier instant en nav

La fin saison est bien là, avec un dernier week end en perspective pour profiter d’une dernière pêche avant de laisser nos chères amies tranquilles. Elles l’auront bien méritée. J’ai encore des souvenirs pleins la tête. Des grands moments, surtout quand on est au bord de l’eau. Mais avant de faire un bilan sur la saison 2017 qui j’espère se finira pour ma part cet automne sur la Belle, un petit « come back » sur mes dernières sorties estivales de cette été fin juillet. 4 matinées de rêve à vue, des conditions pas estivales car le soleil se faisait rare mais au top pour débusquer à vue de belles farios …Malgré les vacances, les berges sont tjrs autant prisé et les poissons commencent à être très éduqué mais lorsqu’on est dans son élément au bord de l’une de ces rivières de cœur, la magie s’opère naturellement et vous offre de grands moments …Pêche assez fine, nymphe légère, placement et dérive contrôlés rapportent son lot de surprise …En 4 matinée, une 40taine de poissons de touchés avec quelques beaux poissons entre 50 et 60 ! Changement radicale entre mon séjour d’avant avec les zébrées et ici !Mais ces voyages sont complémentaires car ce ne sont pas la taille des poissons qui compte mais la qualité et la technique de pêche de l’endroit choisi. Cette résurgence reste difficile quand on ne la connaît pas mais un bon pêcheur arrivera toujours à s’en sortir. Dans le sud, les zébrées étaient un cran plus éduqué et même capricieuse ! J’ai dû vite m’adapter au risque de passer à côté de ma pêche. Mais c’est ça qui est bien dans la pêche, on sait jamais d’avance ce qu’on va vivre au bord de l’eau et l’expérience vécu permet ensuite de penser au lendemain avec de nouveau projet et parfois une nouvelle vision au terrain (réalisation de nymphe, approche différente, technique différente etc).

Quelques photos souvenirs de cet été … l’arrière-saison risque d’être longue mais pour continuer à rêver, je garde quelques photos en réserve (mon plus beau poisson de l’été en autre) pour un prochain article …

Une fin de séjour magique avec une matinée de rêve avec une quinzaine de poissons touchés. Malheureusement on perd quelques poissons sur des décroches avec une belle casse dans le lot sur un beau poisson traversant des arbres immergés. Mais dans l ensemble une belle réussite et de grands moments. 

A bientôt et bonne rentrer à tous !

Evasion sauvage

Un petit coin de rêve loin de la vie parisienne, du stress et de la vie à 100 à l heure. De l évasion dans un cadre sauvage loin des foules de pêcheurs recherchant le poisson trophée. Seul au monde où presque ou seules les zebrees et ces rivières translucides comme compagnons de route pour vivre de charmante vacance en famille… Il faut savoir parfois s isoler pour vivre pleinement de sa passion et il reste encore quelques trésors en France. Une pêche fine et délicate en nymphe à vue sur des poissons très pointilleux dans ces eaux claires. La méfiance ajouté a des conditions estivales a donné du piment à ma pêche mais l adaptation sur ces rivières ne sait pas fait attendre et j ai pu profiter pleinement de mes matinées entre 6h et 9h pour leurrer de jolies zebrees avec une moyenne assez correcte pour ces rivières ou la maille est à 20-23cm… du plaisir, du partage aussi avec des pêcheurs rencontrés, et des images pleins la tête qui vont illuminé mon blog…

Des décors a couper le souffle abritant des poissons aux robes splendides…

Certains secteurs abritaient de jolies bébés et il fallait être appliqué et soigneux dans les approches… toutes les nymphes ne marchaient pas sinon ça aurait été un jeu d enfant mais une fois qu’on a trouvé l approche et les bons modèles les choses sérieuses pouvaient commencer 😊Le royaume de la nymphe a vue ou parfois les conditions ont été très compliqué a cause du vent mais quand il se calme, la magie s opère des poissons sauvages très éduqués pour certains mais quelques beaux poissons entre 35 et 40cm seront séduit pour mon plus grand plaisir connaissant la difficulté de ces lieux … 
J ai croisé la route de 2 très gros poissons… le premier était collé au fond sur une graviere, je lance du bord ma nymphe bien en amont et j observe la graviere car plusieurs poissons y sont. Soudain le gros poisson se décolle lentement du fond et sort de son silence. Il monte jusqu’à mi hauteur et ouvre en grand le bec. Je crois rêver et je me dis c est pas pour ma nymphe … Je ferre  bien entendu et je vois cette grosse masse se tortiller et faire son premier rush que j arrive à maîtriser. Je suis en hauteur et des branches immergées se trouvent devant moi. Pensant trop risqué je décide de partir sur ma gauche pour rejoindre un accès moins profond mais je fais l erreur en avançant dans les herbes de ne plus regarder le poisson. Gros rush du poisson qui sort hors de l eau en chandelle. Je casse nette… j ai laisse passer ma chance car le second poisson a été observé dans une zone interdite à la pêche… 

Quelques coups du soirs qui seront resté dans l ensemble très calme au niveaux activités. J arriverai cependant a prendre quelques poissons en sèche et ça reste toujours sympa quand un beau poisson est de sortie  Ce séjour fut l occasion de poursuivre mes impressions plus que positif sur ma nouvelle soie, une soie naturelle furtive de chez Antonio Perez. Une soie très fine qui se marie agréablement bien avec ma st Croix legend 9p #4. J ai mis du temps à passer le cap et pourtant depuis longtemps mon ami pêcheur qui est Pierrot me conseilla. J ai perdu du temps mais ça sera pour mieux me rattraper car quels bonheurs de pêcher avec une soie naturelle pour sa discrétion son posé soigneux et ces arrachées délicats… pour preuve elle m a pas quitté des vacances et j ai enfin trouvé la soie qui correspond au vivarelli et aux peches estivales. Pour preuve lors de la seconde partie de mes vacances j ai fait vibrer le vivarelli 😊

Et la photo du séjour lorsque le dernier jour nous emjambons pour la dernière fois le pont de la rivière de ces vacances… le choc et grosse surprise… une rivière verte fluo sur plusieurs kilomètres… a bientôt belle région mais l aventure pour moi n allait pas s arrêter la… 

Come back

Je rentre tous juste de congés estivales et avant de vous faire partager la saga de l’été au bord de magnifiques rivières, un petit retour en arrière de quelques clichés d avant le mois de juillet en Nav… 

La pêche devient de plus en plus compliqué au vu du nombre de pêcheurs pratiquant ce secteur, sa réputation dépasse la région et les pêcheurs de tout la France viennent sur la rivière. Néanmoins la pêche reste passionnante pour le pêcheur de nav car quel plaisir de pêcher à vue des poissons éduqués et où il faut pêcher au plus juste pour tirer son épingle du jeu des poissons a la robe cuivree magnifique et avec une défense au top… 

Le milieu de saison aura vraiment été riche en émotions. Certe je n’ai plus le même laps de temps pour pêcher  (fini les journées entières) mais le peu de temps qui me reste lors d’une sortie de pêche me procure de belles sensations et me perfectionne encore plus dans ma pêche  (On a tjrs a apprendre) et je suis satisfait de ces sorties rapides… Des poissons bien gras au combat explosif comme ce magnifique poisson de 40+ large comme un dauphin qui m aura fait crapahuter dans la rivière… ce sont pas forcément les plus gros poissons qui ont la meilleur défense même si parfois sur des pointes fines, le poids et la taille des poissons jouent dans la balance 

la passion pour la photographie prend aussi sa place dans la pêche a la mouche comme lors de ce cliché pris à l instantané en immortalisant un beau souvenirPlace aux pêches estivales maintenant, une période délicates avec bcq de monde au bord de l eau sur certaines rivières, des poissons qui commencent à connaître la musique, et tout son lot de surprises. Ça sera avant tous pour moi des vacances en famille s éloigner du quotidien et bien entendu se faire plaisir avec quelques petites pêches… En espérant pourquoi pas croiser une belle dame comme celle ci frôlant la barre magique des 60… mais l essentiel sera de profiter de ces vacances en famille 2 belles destinations au programme… a bientôt et bonne vacances pour ce qui partent en août ! La saga de l été prochainement

Plaisir en terre Normande

Très peu de sortie d’une journée cette année donc quand une vient à se présenter, on en profite à fo­nd. Direction en ce samedi, la Normandie ou coule de très jo­lie rivière. Certain­es seront à découvrir mais pour cette jo­urnée, nous choisiss­ons une valeur sûre ou nous pourrons pro­fiter d’un secteur privé et d’un secteur réciprocitaire.

Nous avons la chance de­puis 3 ans de faire partie d’une associa­tion de pêche non ré­ciprocitaire et de pouvoir bénéficier de plusieurs parcours très intéressant pour la pêche à la mouc­he. On est un petit groupe de moucheur ou nous partageons no­tre passion.

Après 2 heures de ro­ute, nous arrivons sous un ciel menaçant. La veille j’avais eu le président pour connaître l’état de la rivière. Niveaux parfait et assez cl­air. Nous n’aurons pas de mal à localiser les poissons. La végétation a explosé, la rivière est magn­ifique avec ces kilo­mètres d’herbiers. Nous choisirons le se­cteur de la cabane car d’après ces infor­mations, il resterait quelques belles Arc en ciel de +50. Ce n’est pas ce que je recherche en premier mais ferrer un tel poisson, c’est parf­ait pour les sensati­ons au combat.

Je partirai de l’aval pour remonter vers l’amont en nymphe à vue. Un petit gamma­re pour commencer l’­approche et dès les premiers poissons de repérer, j’ouvrirai le bal avec 2 ombres de suite.

Je tombe sur 4 individus qui semblent moins encl­in à mon imitation. Changement mais ils semblent désintéress­er. Pas grave je m’a­ttarde pas et poursu­is mon chemin en esp­érant croiser une be­lle truite.

Arriver dans un cour­ant un peu plus sout­enu, j’aperçois enfin une truite de 35cm. J’arbalète jusqu’à faire décaler et ou­vrir la gueule de la truite. Ferrage mais elle se décroche et se recale sur son poste. Je réessaye mais un plus gros poi­sson sorti des branc­hes de la berge d’en face la chasse et se cale juste un peu plus loin. Enfin un très beau poisson. Après quelques lancers en arbalète le poi­sson se lève légèrem­ent et ouvre le bec. Ferrage appuyer, le poisson fait un gros remous en surface avant de prendre la direction du courant et de la berge d’en face. C’est parti pour un beau combat surtout que je suis en 9 centièmes mais grâce à la canne et la maîtrise du combat, je glisserai cette magnifique Arc en Ciel.

Je finirai ce secteur avec pas loin d’une dizaine de poissons de sortis, majorit­airement des ombres. Une petite nymphe en 18, les fera succo­mber après avoir ess­ayé 2-3 modèles sans succès.

Il est déjà l’heure de manger et ça sera un moment convivial et d’échanges entre passionnés.

Après cet encart, di­rection un secteur réciprocitaire très connu. En arrivant sur les lieux on se re­nd compte que 4 pêch­eurs l’ont pêché en matinée. Ils sont en­train de finir leur repas. Pas grave on va tenter ici surtout qu’il y a de beaux ombres et de belles farios.

Une pêche plus techn­ique se dessine, cha­que poisson semble éduqué et il faudra s’adapter à cette sit­uation. Ce n’est jam­ais évident de passer derrière des pêche­urs. Mais mon expéri­ence sur cette riviè­re et mes quelques modèles spéciales omb­res m’apporteront qu­elques poissons bonus à cette journée do­nt quelque un de bel­les tailles et défen­dant chèrement leur peau.

J’en louperai certains ou la rapid­ité d’évacuation de la nymphe par le poi­sson est stupéfiante … Je devine l’engam­age de ma nymphe au moment de voir l’exp­ulsion par un mouvem­ent de la tête du po­isson mais malheureu­sement c’est trop ta­rd le poisson a recr­aché la nymphe… Comme quoi on peut tjrs faire mieux mais dans l’ensemble je suis satisfait de cette après-midi avec 7 om­bres de sortis.

Mes compères ont eu moins de chance, mon père décroche 2 poissons et Pierre ne fait pas mieux.

Seul regret sur l’at­taque d’une truite fario de 50 sur la be­rge opposée. Elle est postée entre des branches surplombant l’eau mais semble ac­tif car j’observe 2-3 nymphages. Je chan­ge de nymphe car sur ce genre de poisson, je n’utilise pas les mêmes nymphes que pour l’ombre. Pas envie de subir une dé­croche à cause d’un petit hameçon. J’aff­ine mon lancer mais le vent présent depu­is l’après-midi n’ai­de pas pour la prése­ntation et à tendance à faire passer le bas de ligne avant la nymphe. Un lancer légèrement plus loin à ras de la berge d’en peu d’eau, me fa­it décaler la truite d’un mètre pour ven­ir se saisir je supp­ose de ma nymphe avec bouche ouverte à ce moment-là. Mais je ferrerai dans le vi­de. Que s’est-il pas­sé, ferrage trop tôt ou pas… J’avais lai­ssé passer ma chance sur un tel poisson car c’est si rare de les voir nymphée ic­i. L’occasion ne se représentera pas car elle rechangera de poste et ne reviendra plus ici.

Pas grave, la journée était bien remplis et nous pouvions re­ntrer après cette jo­urnée entre passionn­ée sur cette belle rivière…

Relachez vos rêves …

Matinée heureuse

Le retour au bord de l’eau arrive enfin. Nous sommes dans la meilleure période de l’année et je vais pouvoir profiter de quelques sorties matinales lors d’un séjour en famille en vacance.Il faut savoir allié pêche-famille et détente. Mes créneaux seront court et même si le début de matinée n’est pas évident sur certains spots par manque de visibilité pour la pêche à vue, on a un sentiment merveilleux de se retrouver à l’orée du jour pour traquer les truites. La nature s’éveille, le soleil perce l’horizon et on se retrouve souvent seul sur un secteur qui est souvent gage de réussite pour débusquer un beau poisson car ils sont souvent actif au levée du jour. J’arrive vers 6h sur les lieux après 30min de route. Le réveil en ce moment est pas trop difficile, surement l’excitation de se retrouver au bord de l’eau. Pour cette matinée, j’ai décidé de me diriger vers un secteur plus en aval que j’adore mais qui souffre d’un fort prélèvement actuellement mettant la population de truite en baisse. Mais j’apprécie ce bief « question de coup de cœur » et je sais que tout est possible. Du pire comme le meilleur. Au réveil, le temps était assez clair mais petit à petit un voile gris apparaît et la visibilité sous l’eau se fait nettement ressentir. L’eau est de plus blanchâtre je trouve.  Cela devient compliqué pour repérer les truites en poste. Je connais bien leur habitude mais pas évident dans ces conditions, j’en décalera 3-4 sans que je puisse les attaquer. J’arrive néanmoins à attaquer une en poste dans une bonne veine mais mon timing n’est pas assez précis dans le ferrage. Tant pis, je poursuis ma recherche. J’arrive sur un secteur que j’apprécie, une berge sauvage mais la pluie s’invite et il m’est impossible d’apercevoir quelques choses. Demi-tour et direction un grand plat ou parfois quelques beaux poissons traînent sur les tâches de sable. Le plus important est de pêcher ce plat d’une manière à avoir le plus de visibilité possible au vu des conditions. La pluie s’est arrêté et j’attaque par l’amont. Un premier poisson de repéré mais qui me débusque avant. Dommage. Je continus. C’est très calme jusqu’à entrevoir un beau poisson en poste. J’attaque et lui dépose la nymphe 1.5m devant elle. Petit décalage sur la droite et je ferre. Je sens un dépiquage. Merde ! mais le poisson avance de 2m vers moi en se recalant. Pas le temps d’hésiter je lui représente ma nymphe. Un premier passage, un second et au 3ème elle ressaisit ma mouche. Ferrage, c’est pendu. Magique. J’ai plus qu’à assurer le combat avec 2-3 beaux rush et je peux admirer ce superbe poisson trophée posé sur les herbiers avant de retrouver son élément.  Même dans des conditions pas évidente, faut toujours y croire.Ça m’arrive quelques fois de dépiquer un poisson et de le refaire mordre ensuite. Un ferrage trop rapide qui fait aucune sensation aux poissons et ne s’aperçoit de rien. L’année dernière je sors un poisson de 50cm après avoir cassé au ferrage dessus. J’étais même pas à 2m du poisson, juste le bas de ligne sorti du moulinet. Ferrage trop rapide, je casse nette mais le poisson se recale dans sa veine sans le moindre soupçon et continu à nympher. Ma 2ème chance sera la bonne avec un ferrage en 10/100 plus light.Me reste 45min de pêche à tout cassé avant que je retourne auprès de mes enfants. Je décide de changer de secteur. Après 10min de voiture, me voici à la conquête d’un nouveau poisson. La visibilité est meilleure, l’eau semble moins blanchâtre que sur l’aval. Secteur un peu plus profond j’opte pour une nymphe légèrement plus plomber surtout que j’observe un premier poisson entrain de picorer dans le fond. J’adore !! Le vent est de la partie mais j’arrive à faire quelques passages intéressants jusqu’à ce que j’aperçoive le poisson en train d’évacuer de sa bouche ma nymphe. Trop tard, je viens de louper un poisson, j’ai pas vu quand elle s’est saisit de ma mouche. C’est très rapide parfois …

Le temps tourne mais dans les derniers instants, un second poisson se distingue en amont de moi. Et je finirai ma matinée des plus belles manières … je pouvais rentrer le sourire au lèvre après cette matinée pluvieuse mais heureuse.