Archives de catégorie : truite

La sorgue du doute à la renaissance

Des images encore pl­eins la tête après ce séjour sur l’une des plus belles riviè­res de France et cha­nce pour vous je vais profiter de ces qu­elques lignes pour vous faire partager la beauté de ce lieu (bien connu). Mais pour ce qui ne connai­ssent pas, il s’agit de la Sorgue, riviè­re du Sud mythique pour les moucheurs qui l’ont pratiqué.Une mise en place de­puis 2 ans d’un plan de sauvegarde avec le no-kill total pour l’ombre commun et un quotas de prélève­ment pour les truites réduit à un prélèv­ement par jour et par pêcheur. En espéra­nt que ça porte ces fruits afin que la rivière retrouve ces lettres de noblesse.  Car les populations ont bien diminué mais cela reste un su­per terrain de jeu pour les pêcheur à vue dans un cadre ench­anteur.Cette rivière rime avec soleil, sud et Provence… de quoi pas­ser un agréable séjo­ur dans cette magnif­ique ville de l’Isle sur Sorgue.

Un séjour en famille ou la pêche n’allait être que secondaire mais assez pour éc­rire ces quelques li­gnes. Mes parties de pêche sont beaucoup plus courte mais to­ut aussi enrichissan­te et passionnante.

Mes créneaux sont co­urts et pas forcément les meilleurs mome­nts pour une bonne pêche à vue. Le soleil se lève, et la cla­rté apparait au fils des heures.Les premières heures sont pas forcément les plus appréciable pour pratiquer une pêche à vue mais cela reste un super mom­ent pour la traque des beaux poissons su­rtout pour les truit­es qui ont tendance à se cacher en journ­ée sur ce genre de rivière (canoë, baign­eur etc). 

Ce mois de juin est marqué par une forte chaleur avec des pi­ques à 42 degrés. L’­eau reste pourtant très fraîche avec ces 13 degrés. Des vape­urs  apparaîtront ré­gulièrement au lever du jour. Pas facile de voir sous l’eau dans ces conditions-­là. Mais quel beauté. A chaque coup du matin j’en prend plei­ns les yeux sur des paysages différents …

Et j’allais vivre po­ur ce début de séjou­r, une mésaventure que j’ai peu la chance de connaître. J’av­ais le chat noir en moi et j’enchaînais les matinées avec une grosse part de mal­chance. Ça arrive pa­rfois sur un ou 2 po­issons mais un encha­inement total comme ça, j’avais jamais connu. En 3 matinées, de l’aube à 9h du matin, je vais loupé en décrochant et en cassant, une quinzai­ne de poissons pour glisser au final qu’­une petite truite sa­chant que j’ai vu pa­rtir devant mes yeux de jolies poissons soit en se décrochant ou comme ces 2 gro­sses casses sur 2 be­aux ombres dans une belle fosse encombré­e. Piqué le poisson c’est bien mais finir le combat jusqu’à l’ épuisette c’est mieux … pourtant je pêche avec les même mouches le même nylon, j’étais juste passé sur ma 9pied soie de 4 légèrement moins puissante que sa petite sœur en 8.6p soie 5 que j’ai utili­sé en début de saiso­n. Une malchance tous simplement qui per­met de se remettre en question et qui pe­rmet aussi de se met­tre une certaine pre­ssion pour la suite de l’aventure…Et la suite fût simp­lement magique avec des moments de grâce, de doute, de décep­tion, de joie et de rêve … mais j’avais enfin évacuer cette malchance. J’ai eu des déceptions mais là c’était vraiment une faute technique à un moment précis.

Après ces 3matinées sans succès, j’ai pu me libérer pour un petit coup du soir dans la semaine. C’ét­ait orageux et le ci­el s’était légèrement voilé. Un temps pa­rfait. Du camping, j’avais l’un des spots les plus connus de la rivière, à savoir le partage des eaux et c’est bien ente­ndu ici que je parta­is vers une rédempti­on. Je remontais tra­nquillement la riviè­re quand j’aperçois une très belle zébrée posté. Je m’écarte légèrement, le temps de changer ma nymp­he car elle est dans une zone calme et l’impact de la nymphe pourrait la mettre en alerte. Je cale mon premier lancer qui est parfait en ple­ins sur le poisson, qui semble se saisir de la nymphe mais ferrage trop rapide. Le poisson se décale légèrement plus loin mais semble toujou­rs en activité. Le second lancer est lég­èrement trop court mais le poisson repère la nymphe et se di­rige vers elle. Ferr­age à l’instinct et c’est pendu. Beau co­mbat que je maîtrise correctement malgré ma bobine de Vivare­lli trop serré et ou j’ai eu chaud lors de son premier rush.Ça y est je chasse enfin la malédiction par une beauté de la Sorgue. Les belles zébrées de souche.

Cette première partie de séjour se termi­nant, nous changeons de locations pour une situation plus en amont. Le royaume des truites. Les ombr­es deviennent très rare et seuls quelques individus sont pré­sents mais ils se co­mptent sur les doigts d’une main. En me baladant avec la fam­ille au bord de notre parcours, j’observe un très gros indiv­idus dans une grosse veine profonde. Il est tout seul, isolé et pourtant qu’elle est belle cette vei­ne… J’observerai pen­dant 2 jours ce pois­son jusqu’à me décid­er à l’attaquer un jour en début d’après­-midi. J’ai 30min de­vant moi car ensuite c’est piscine avec les enfants. Le coup est pas si évident car beaucoup de cour­ant et assez profond. Le poisson est calé au fond. Il faudra déposer une nymphe assez lourde. Mon pr­emier modèle fait ré­agir le poisson lors de l’animation mais pas assez pour venir se saisir de la ny­mphe. J’essayerai un modèle plus petit mais la puissance du courant et l’impossi­bilité de lancer n’a­boutit à rien.  Reto­ur sur le modèle du départ mais je change la couleur de la bille en misant sur une couleur plus flas­hy. Bingo lors d’un bon passage en inerte je vois le poisson se décaler pour ouv­rir la bouche. Ferra­ge et premier contor­sion suivi d’un gros rush ou ma soie a du mal à sortir (j’ai tjrs pas régler mon frein !!! aie défaut du Vivarelli ou il faut la petite clef­). Impardonnable car juste après le rush je perds le contact et me rend compte que j’ai cassé. Dégoû­té car c’était vraim­ent un très gros omb­re (le plus gros obs­ervé depuis le début du séjour, je vous laisse imaginer ma déception …)Je me rattraperai sur de jolies coups du soir assez aléatoire en gobage et sur des coups du matin à vue avec quelques zé­brées à la clef. De magnifiques poissons à la robe splendide. Sur certains secte­urs, j’ai rencontré des poissons très éd­uqués, même en 9cent­ièmes sur des micros nymphes, nymphe sta­ndard, rien ne march­ait. Elle avait le bec cloué !! Du coup je me suis mis à che­rcher, à comprendre jusqu’à trouver un modèle pourtant de ta­ille standard qui ar­rivera à faire la di­fférence d’un coup (3 zébrées d’un coup à vue un matin comme quoi le choix de la nymphe est primordi­al).

Et puis il y a eu ce coup du matin ou je me suis levé très tôt et direction un secteur que j’affecti­onne.  Après quelques poissons jusqu’à 35cm

J’arrive sur une zone plus éloignée ou par magie quelqu­es gros poissons sont en attente dans tr­ès peu d’eau derrière un regroupement de vairons. Rien que la scène c’est magique à observer. 4-5 tr­uites entre 40 et 50­cm chassant à tour de rôle les vairons. C’est si rare d’obse­rver de beaux poisso­ns actuellement vu les conditions et ce genre de scène. Et fait marquant j’avais connu cette scène 3 ans plus tôt avec mon ami Pierre lors de l’ouverture de l’o­mbre. Mais on avait fait un zéro pointé… Car quand elles sont dans les vairons, dur de les dévier de ce festin. Votre ny­mphe n’est même pas calculé. Mais chance pour moi, j’avais sur moi, ma boîte à streamer avec quelques modèles imitatifs de petits poissons que j’avais gardé exp­rès pour ce genre de situation. Je laisse de côté l’observat­ion (pourtant si mag­nifique à regarder et contempler) pour passer en action. Je change juste ma nymp­he. Les poissons ne sont pas du tout cra­intif. J’arrive à les approcher de près et je peux même arba­lèter. Après 4 passa­ges, une, ouvre la gueule par agressivit­é. Ferrage mais j’éc­late au ferrage. Je suis monté trop fin du coup je change de pointe pour passer en 12. J’attaque un second poisson … inc­royable j’atèle une seconde zébrée qui au ferrage me met un rush et prend la dir­ection d’une très gr­osse fosse. J’essaye au mieux de la frei­ner car plus loin il y a une zone très encombrée mais en met­tant plus de pression au rush infernale du poisson, je casse encore une fois Quel force ce poisson et pourtant ce 12 est vraiment solide. Je dois pas passer à côté de cette occas­ion car des moments comme ça c’est pas tous les 4 matins sur­tout quand on est va­cancier. Il reste en­core 3-4 truites sur la zone dont une tr­ès belle. Je passe en 15/100 et rebelote. Je sélectionne le plus beau poisson …  et la magie opèrera en venant chasser sur mon imitation. Tr­ès gros combat avec cette grosse fosse et même en 15/100 je ne suis pas rassuré… canne cintrée, le frein qui chante (cet­te fois ci j’avais pris le temps de le régler après l’échec sur l’ombre). Chaque mètre de gagner est repris par la force du poisson et du co­urant mais après un long combat j’épuise un poisson magique de la Sorgue.

J’ai eu beau avoir eu de la malchance au début et des regrets, là je crois c’est le po­isson qui ne fallait pas râter car c’est l’un des plus beaux que j’ai observé du­rant mon séjour.J’ai eu la chance d’­observer un matin,  une truite de 70 mais impêchable à la mo­uche car ça cache se situe dans une fosse de 3m avec des con­tres courants et très dur à déposer une nymphe à cette endro­it.

Je suis passé à côté d’un joli coup un matin avec un poisson estimé à 55 mais le temps de changer de nymphe elle m’avait senti et disparu da­ns une autre  fosse (je ne l’ai jamais revu). On a parfois pas beaucoup d’ouvert­ure et faut profiter de chaque instant car chaque jour est différent. J’ai eu be­au revenir le lendem­ain matin sur le spot à vairons, c’était le désert total … Comme quoi c’était ce jour et pas un autre et j’ai su le sais­ir.

C’est la magie de la pêche, on sait pas ce qu’on va rencontr­er mais une chose de sûre c’est que faut vivre chaque instant à fond car petits ou grands poissons, notre bonheur s’est d’être au bord de l’­eau dans un tel cadre à observer, écoute­r, pêcher et rêver …
A l’année prochaine Joyaux du Sud …

La magie d’une ouverture

Encore une fois, mon ouverture de l’ombre est décalé de quelques jours mais c’était pour la bonne cause avec une semaine de vacance de programmée en famille ou j’ai pu retrouver les berges d’une magnifique rivière pour pratiquer la NAV ou nage de magnifiques truites. Après ce superbe séjour, il était temps de retrouver l’un de mes poissons favoris pour son ouverture. Certe un peu décalé mais peu importe l’envie était trop forte ! Direction l’une des plus belles rivières de France pour la traque de Thymalus à vue. Une rivière en Chalk Stream très renommée et très fréquentée. Les parties de pêche ne sont jamais facile là bah car les poissons sont très sollicités et ils ont de belles fosses pour se protéger. Arrivant sur les lieux, le constat est sans appel, beaucoup de monde .Je décide donc de descendre sur l’aval vers un secteur moins fréquenté car un peu moins peuplés et où il faut beaucoup marcher pour débusquer les beaux poissons.

Premier bon spot ou je déniche un bel ombre en nymphe à vue. Ferrage au feeling en observant le poisson. Il est pendu et s’ensuit un gros combat. Il a pas la même défense que la truite mais c’est tout aussi agréable lors de la capture sur un tel poisson sur des pointes fines ne dépassant pas les 12/100. De grande sensation !!

Ce premier poisson lancera la matinée et la journée avec par la suite la prise de plusieurs beaux poissons. L’avantage de pêcher à vue est de pouvoir sélectionner son poisson et même si je néglige pas l’attaque d’un petit poisson, l’attirance vers les grandes dorsales bleutés des gros pépères m’oriente naturellement vers eux. Et quel journée magique avec la prise de plusieurs poissons entre 40 et 50cm ! Simplement magique et mes jambes s’en souviennent encore avec les kilomètres parcourus. Je me serai juste permis une pause sur une plage ou navigue de temps à autre de belles truites mais malheureusement je n’ai pas réussi à en séduire une. Au bout de mon parcours, une belle truite en poste. Je change de nymphe et l’expédie devant elle. La zone est sans courant, la nymphe descend à la verticale. Le poisson avance et ouvre son bec ou j’entrevois le blanc. Ferrage mais malheureusement ça se dépique … ça sera pour une prochaine fois car il est temps de rentrer après cette magique ouverture de l’ombre. Des journées comme celle-ci j’en redemande encore sur ces poissons fantasmes et magnifiques avec leurs liserets couleurs OR.  Relâchez vos rêves …

Pêche à vue sensationnelle

Ces vacances débutent des plus belles des manières avec enfin des sorties de pêche à vue de programmé. On va pouvoir enfin rattraper ce début de saison qui n’a jamais démarré enfin de compte, pour cause de manque de temps pour aller à la pêche. Peu importe, la patience on connaît et je vais pouvoir enfin déployer de la soie et retrouver ces sensations uniques de la NAV.

Et le retour aux bord de l’eau se fera de belles manières…Un nombre impressionnant de pêcheur en ce samedi d’ouverture de la pêche en wading. Environs 50-80 pêcheurs comptabilisés sur ce secteur très réputé. Les places sont chères mais la rivière est large et pourra donner du plaisir à tout le monde. L’essentiel est d’être au bord de l’eau et de profiter de cette ouverture tant attendu.

La journée sera couverte avec alternance de pluie fine rien de méchant. Visibilité pas des meilleures mais assez pour se faire plaisir en NAV mais pas que car par ce temps couvert, il peut avoir de belle éclosion et mettre à table nos chères truites. J’ouvrirai le bal avec un premier poisson en nymphe au fils sur une berge encombrée ou j’aime y laisser traîner ma nymphe. J’en décroche une plus belle dans la foulée. Ça y est la session est lancée.La visibilité s’accroît d’heure en heure. Beaucoup de personnes restent immobile sur leur spot mais j’arrive pas à trouver ma place alors je préfère vadrouiller et remonter vers l’amont quand après une bonne marche, j’arrive sur un petit lisse ou j’aperçois un premier beau poisson qui appréciera une nymphe légère déposée 3m en amont. Gros combat avant une petite pause devant l’objectif. Les sensations que procurent la pêche à vue sont toujours intact et inexplicable. Cette pêche est sensationnelle et encore plus quand on tombe sur un tel poisson aux mensurations xxl comme en témoigne ces nageoires…J’aperçois un peu plus loin un premier gobage dans un grand lisse peu profond. Plusieurs poissons sont en activité en surface et certains poissons sont très gros. Leur bec vient fendre la surface de l’eau à la recherche des éphémères qui dérive au grès des courants. Petite hésitation au début à vouloir enlever ma nymphe. Du coup j’effectue mes premiers passages en nymphes et je toucherai un poisson en nymphe au fils car j’aperçois pas au mieux les poissons. Pourtant il y a plusieurs poissons devant moi. A force de voir monter 2-3 beaux museaux parmi ces gobages, je décide enfin de nouer une petite émergente sur ma pointe et le résultat est sans appel. 4 poissons de touchés dont un de toute beauté passant la barre des 50 … Le plaisir en sèche y est aussi et entre apercevoir ces poissons monter sur votre sèche, un régal mais attention à ne pas ferrer trop rapidement car ferrer au gobage est une chose mais ferrer à vue en est une autre.Malheureusement je perdrai un très gros poisson qui après le ferrage, me ferra une grosse volée en l’air pour se décrocher. Zut.

Après une accalmie de l’activité, je décide de poursuivre encore plus vers l’amont. Il n’est pas évident de trouver un spot vierge à cette heure-ci mais quelques coins n’attirent pas foule et pourtant on peut avoir de belles surprises. Une zone peu profonde avec  un gros courant en amont  m’interpelle par la présence d’un très gros poisson. Cette veine nourricière apporte de nombreuses proies. J’approche délicatement à distance de shoot. Je me cale dans un herbier juste en limite du radier. Je noue une nymphe non plombée. Discrétion au mieux pour ce genre d’approche. Lancer pour un poser amont jusqu’à lui présenter au mieux la nymphe. Après 4-5 passages qui semblaient correcte, le poisson ouvre la gueule. Ferrage suivis d’un premier rush. Le poisson est en forme sur tous les points et me fera descendre en aval avec lui. Pas de gros danger majeure aux alentours, je maîtrise le combat jusqu’à glisser ce superbe et atypique poisson. Juste magique !!

Il était temps ensuite de faire une pause pipi car depuis 6h du matin dans l’eau, je commençais à ne plus tenir et passer 14h de l’après, mon estomac criait aussi.

Une bonne pause bien méritée. Je reprendrai pour 2 heures de pêche ensuite mais le monde présent me fera sortir de l’eau malgré quelques beaux poissons encore. J’avais fait ma pêche avec une douzaine de poissons dont quelques pépites d’or très recherchée. Je pouvais ainsi rentrer retrouver ma famille. La semaine de vacance avait bien commencé. Et pour la suite de ce voyage se fut soleil et chaleur par la suite. Des vrais vacances les pieds dans l’eau … à suivre 🙂

balade sur la Loue

J’avais 6 ans quand j’ai trempé mes pieds dans la Loue à Mouthier haute Pierre lors des vacances estivales avec mes parents et mes frères. Si jeune que je me souviens de ces souvenirs de cette sublime rivière qui s’écoulait derrière notre location. Un coin paisible et calme ou mon frère passait ces journées dans l’eau à pêcher. Moi je me baignais, vadrouillait avec mon autre frère. Mon père quant à lui passait du temps à ma maman enceinte de ma petite sœur. Mais pour rien aux monde il n’oubliait les coup du matin, du midi et du soir tellement que cette rivière était magique pour un pêcheur à la mouche. Elle était réputée dans l’Europe entière.29ans plus tard, me revoici de retour au bord de la Loue avec ma petite famille cette fois-ci  pour un week-end détente et repérage. Bien entendu j’ai trimbalé une canne à mouche avec moi mais elle restera bien au chaud dans son fourreau… à cause d’une météo pas clémente et d’un mauvais timing pour ma part. J’avais décidé de me faire une matinée le dimanche matin mais manque de bol, la rivière venait d’être en crue. Le bon choix aurait été le samedi matin mais la famille avant tout.

Peu importe cela nous a permis de prendre un grand bol d’air et de rêver à une future pêche sur cette magnifique rivière.

Malheureusement, comme tout le monde le sait, la rivière est malade et même si les mortalités de ces dernières années ne se sont pas re-manifestés, j’ai pu observer des ombres mycosés et des fonds pas très propre sur certains tronçons. Malgré un milieu fragilisé et toujours en alerte, on peut garder espoir car il reste de la vie sur cette rivière et même des moments magiques comme cette magnifique zébrée entrain de gober. Cette image est tirée d’une de mes vidéos réduisant sa qualité.Seul bémol, lors de notre arrivée le vendredi 5 mai, nous assistons à 2 endroits sur la Haute Loue entre Ornans et Mouthier, à des lâchers de truites arc en ciel. Une gestion que j’ai du mal à comprendre. Cette société veut satisfaire les pêcheurs qui aiment manger leur poisson et par la même occasion pour ne pas perdre trop d’actionnaire pour les carte de pêche. Mais nous polluons le milieu aquatique et la souche autochtone par ces déversements. Il y a débats mais de mon avis personnel, si la rivière est actuellement en no-kill et pour préserver la souche locale, nous devons préserver le milieu naturel.Mise à part le vendredi ou nous sommes arrivé sous le soleil, nous avons subi 3jours de pluies et la montée des eaux ou dimanche matin je pars à 6h30 direction un spot et pas de chance, la rivière avait montée durant la nuit. On choisit pas la météo mais j’aurai ma revanche en terre Comtoise ! promis 🙂

Impatience

L’attente devient longue  malgré quelques virées comme en ce week- end du 1er mai. Mais le meilleur reste à venir et il me tarde de pouvoir enfin assouvir ce manque d’être au bord de l’eau.De belles aventures en perspective avec en autre l’ouverture de l’ombre fin mai, une virée sur une de mes rivières préférées pour la pêche en NAV aussi et des vacances programmées en juin dans le sud avec la petite famille au bord de la Sorgue. Un joli programme qui me fera vite oublier ce début de saison ou je n’ai pas pu pêcher autant que d’habitude. L’arrivée de ma petite puce ou je suis en mode coconing !! Mais je patiente en profitant pour remplir les fonds de boîte de quelques modèles …Et vu que les boîtes commencent à déborder, j’ai craqué sur une nouvelle boîte qui verra ma collection de nymphe s’agrandir avec une nouvelle marque d’hameçon sans hardillon qui me tarde à essayer.  Des standards comme la hot spot orange toujours aussi attractif même sur les beaux poissons.

Une nymphe Olive redoutable sur truites et ombre à vue … un must parmi mes modèles. A vue ou en nymphe au fils, elle attire les poissons …

Un retour au source est prévue sur la première rivière ou j’ai fait mes armes pour la pêche à vue. Une petite rivière ultra claire à 45min de la maison. Et oui même en région parisienne, on peut avoir des spots sympathiques pour notre passion. Je pense reprendre la carte de cette aappma pour 2018 ou je pourrais faire des petites sorties le matin.

Relâchez vos rêves surtout en cette période ou chaque survivant est compté tellement certaines rivières vont mal comme le Dessoubre, le Doubs, la Bienne pour ne citer qu’eux … Il ne faudrait pas que cette liste s’agrandit.

Ce week-end, une virée sur la Loue en Famille pour découvrir une région jadis décrite comme le paradis des moucheurs mais qui malheureusement à souffert des pollutions et gestions de son territoire. Mais faut continuer  à y croire et montrer l’intérêt que porte les pêcheurs dans la promotion du tourisme par le biais d’une rivière ou d’une vallée … Et même si c’est un week-end tourisme, on sortira peut être le fouet sur une matinée …

à bientôt

 

Patience avant les beaux jours

Quelques clichés de mon ouverture 2017 qui malheureusement ne restera pas dans les annales. Pour cause des rivières en crues près de chez moi du coup nous sommes parti juste une après midi taquiner les grosses truites sur un réservoir histoire de se dire j’étais au bord de l eau en ce jour d ouverture. 

Une belle après midi en nymphe à vue avec quelques beaux poissons de formes et couleurs différentes 

Maintenant il me tarde de retrouver les berges à la recherche de ces truites sauvages. Encore un peu de patience avant quelques belles sorties aux programme dès le mois de mai. La saison se lance doucement. Samedi, nous avons fait une petite sortie sur une rivière normande ou malheureusement l eau n était pas encore assez claire pour pratiquer correctement la pêche à vue. J ai pu attaquer 2-3 truites sur les extrêmes bordures mais sans résultat, elle était déjà en alerte même sur des petites nymphes et pointes fines. Sinon pêche au streamer pour laisser tranquille les ombres jusqu a l ouverture. Une truite viendra se saisir de mon streamer mais s enfuivra une decroche. Vivement la prochaine sortie pour se rattraper …

Instant d évasion

Une petite séquence de quelques bons souvenirs de cette saison. De l aventure sur de magnifiques rivières à la recherche des truites et ombres. C est un très léger aperçu en attendant la création d’un petit film autour de la pêche à vue car depuis 3ans je stocke quelques belles séquences. En attendant ce projet voici un petit extrait de quelques souvenirs en 2016.

Bon visionnage et bonne fête de fin d’année. 2017 arrive à grand pas 😊

Belle zébrée … dernier instant

Un dernier voyage pour clôturer cette belle saison de pêche à la mouche en 1ère catégorie…p1010472-800x600La fermeture se profile à l’horizon et bientôt seuls nos souvenirs se souviendront de ces instants au bord de l’eau.De bons moments qui malheureusement sont passés trop vite, signe d’une saison bien remplie halieutiquement.

Que d’aventure souvent en solitaire à la recherche de l’instant magique.p1010504-800x600Et pour couronner cette saison, cette dernière évasion début septembre sur un bijou français.

Profiter de ces derniers instants de dépaysement et de nature à la recherche de ces fameuses zébrées dans un cadre somptueux.p1010433-1024x768

p1010534-800x600Les ombres se mêleront à la partie sur des pêches fines en sèche …p1010425-800x600p1010407-800x600p1010377-800x600p1010423-800x600Mais mon regard était avant tous fixé sur ces zébrées. p1010385-800x600p1010401-800x600Des couleurs magnifiques et différentes. Des pigmentations parfois très marqués. p1010390-800x600p1010483-800x600J’en prenais pleins les yeux et je rêvais de finir cette saison en beauté…

Et ce voyage avait plutôt bien commencé avec comme premier poisson cette grosse zébrée …p1010368-800x600Mais les gros poissons se font très rare en cette fin d’été. La clarté de l’eau et des kilomètres parcouru me rendront à l’évidence. Prendre un de ces lingots sera vraiment magique au vu du nombre observé lors de ces 4 jours d’aventure. Je les compte sur les doigts d’une main et pourtant sur l’une d’entre elle je réussirai un coup magique et à la fois audacieux.Le seul secteur ou je peux enfin pêcher à vue en nymphe. Et oui il y a de la discrimination dans notre pêche mais bon …J’aperçois avant même de rentrer dans l’eau, un très gros poisson en plein milieu d’arbres noyés sur ma gauche. Sa tête est à l’opposé de moi. Un rapide temps de réflexion me vient à l’esprit car le coup n’est vraiment pas évident mais jouable en arbalète. Et si le poisson viendrait à mordre, le combat serait plus que incertains dans ces branches et avec ce léger nylon.p1010436-800x600Mais je ne pouvais pas passer à côté d’un tel poisson … Le premier jet sera trop court comme le second. Je suis en mode acrobate à travers les branches et le coup suivant sera parfait. La nymphe atterrit  devant le poisson sur sa gauche. Dès l’impact, la truite se décale et fait son déplacement pour se saisir de la nymphe. Ferrage comme je peux à travers les branches, le poisson se torssionne  et passe sous une première branche. Je garde comme je peux le contact sans trop forcer. Seul solution plonger à l’eau en laissant reposer la canne sur les branches. La chance est avec moi, la truite restera dans sa zone sans trop bouger et je finirai le combat fils en main et épuisette pour glisser ce joyau dans le filet !p1010440-800x600 Coup de chance ou joli coup de ligne, je voterai pour les 2 en  passants par plusieurs émotions pour ce poisson :

Observation , réflexion, doute, concentration, adrénaline, maîtrise, chance et bonheur.p1010402-800x600Une session magique qui clôtura ma fermeture de la truite. Quelques souvenirs retranscrites sur ces clichés pour faire durer ces moments magiques au bord de nos rivières …p1010428-800x600p1010413-800x600p1010481-800x600Un très beau poisson à la robe sombre qui m’a livré un gros combat dans les blocs rocheuxp1010427-800x600p1010441-800x600p1010471-800x600p1010432-800x600p1010463-800x600p1010470-800x600p1010521-800x600p1010400-800x600p1010483-800x600p1010430-600x800p1010510-800x600p1010506-800x600p1010526-800x600

Place aux montages des mouches maintenant, à la révision du matériel et à la préparation d’une virée automnale sur la Belle pour profiter de ces belles couleurs d’automne et de la pêche de l’ombre. A l’année prochaine Mesdames 🙂

 

Picture estivale

Quelques souvenirs de ces vacances estivales avec la famille avec quelques moments inoubliables passés au bord de l’eau … Les parties de pêche se sont déroulés sur des périodes courtes, le plus souvent au petit matin lorsque ma petite famille finissait sa nuit ! Des moments magiques en plein cœur de l’été.2016-09-13-09-29-23-640x480Petit tour d’horizon à travers 3 régions

Une première semaine sous le signe de la pêche à vue. Ma drogue cette technique, je ne pourrais m’en passer. Elle procure des sensations, de l’adrénaline et une certaine discipline technique pour le pêcheur, un ensemble de paramètre apportant au pêcheur une addiction sévère pour cette technique.2016-09-13-09-40-29-640x480L’été est une période parfois délicate avec des niveaux parfois très bas, des poissons sollicités depuis l’ouverture, les touristes, les canoës.2016-09-13-09-39-27-640x480  Il faut savoir s’adapter pour trouver son bonheur. Et surtout je devais avant tous penser à ma petite famille. J’allais donc privilégié quelques pêche de matinée, des réveils à 5h20, pour profiter du lever du soleil et trouver les meilleurs spots abritant quelques trésors …2016-09-13-09-38-49-640x480Des poissons fantastiques, éduqués et ou chaque coup de ligne réussi est une satisfaction de bonheur et de plaisir.2016-09-13-09-36-42-640x362Des poissons bien gras et combatifs donnant des sensations en pliant le blank de ma canne.2016-09-13-09-37-09-640x480

2016-09-13-09-35-56-640x480Et que dire de ces trésors que j’admire comme un gosse et respecte avec le plus grand soin pour nos futures générations2016-09-13-09-33-12-640x480Certains poissons resteront gravés à jamais dans la mémoire du pêcheur, parfois par le déroulement de son histoire, d’autre fois par sa taille ou sa beauté.2016-09-13-09-38-23-640x480Et un poisson aura ces 3 éléments réunis pour un souvenir inoubliable … Je repère à distance un poisson sur un banc sablonneux et après quelques lancers pas si évident, le poisson se décale sur ma petite nymphe et je ferre. Le poisson au contact sort complètement de l’eau et se décroche en retombant dans l’eau. Je suis resté scotché et déçu d’avoir perdu ce poisson. Je reviendrai sur ce secteur le lendemain matin mais le vent est de la partie et malgré des vagues et visibilités mauvaises sous l’eau, j’aperçois sur ce même spot un poisson du même gabarit. Mais au vu des conditions impossible de faire quelques choses de correcte. Tant pi ça sera pour ma dernière matinée sur cette rivière ou je reviendrai visiter cette zone. Le grand poisson est toujours sur son poste dans très peu d’eau. Et cette fois-ci je laisserai pas passer ma chance avec ce grand bécard qui m’aura livrer un joli combat entre les herbiers !2016-09-13-09-31-14-640x480

2016-09-13-09-30-34-640x480Parfois jusqu’à la dernière minute de sa partie de pêche, il faut y croire comme ce poisson pris alors que je m’apprêtais à sortir de l’eau. Une beauté de dernière minute2016-09-13-09-35-15-640x434Un début de vacance formidable2016-09-13-09-39-09-640x4802016-09-13-09-32-49-640x3692016-09-13-09-35-34-640x4802016-09-13-09-29-44-640x480Et nous allions poursuivre ces vacances au bord la Dordogne, rivière de cœur de mon enfance et ou je voulais faire découvrir cette belle région à ma petite femme. 2016-09-13-09-30-03-640x480Quelques pêches en NAF le matin2016-09-13-09-28-26-640x4802016-09-13-09-27-42-640x4802016-09-13-09-26-20-640x480Une belle pêche en pleine après midi sous 37 degrés ou éclosions et ombres étaient de sortis. Je profitais de la sieste du petit. 2016-09-13-09-28-02-640x4802016-09-13-09-26-40-640x4802016-09-13-09-27-02-640x480Et même sur la Dordogne la pêche à vue me suivra avec ce joli poisson pris en nymphe2016-09-13-09-25-40-640x4802016-09-13-09-28-45-640x4802016-09-13-09-25-59-640x4802016-09-13-09-27-20-640x480Malheureusement les bons moments passent toujours trop vite … Mais l’automne et le salon d’Argentat approchent à grand pas avec je l’espère de bons moment au bord de la Belle.

Les gorges du Tarn nous attendaient pour les derniers jours de ce voyage mais malheureusement la fin de séjour sera entaché par 2 jours aux urgences pour le petit. On profitera du paysage du décor et des derniers instants de ces vacances.2016-09-13-09-22-53-640x480J’arriverai à faire 2 petites matinées au abord du camping mais le nombre impressionnant de chevesnes perturbe la recherche des truites zébrées. Elles sont en nombre réduite ou sur chaque matinée j’en ai repéré 2-3 mais plus. Je me consolerai avec la pêche du poisson blanc …2016-09-13-09-23-32-640x480Une rivière magnifique …

La dernière matinée me permettra de découvrir La Jonte, une rivière coulant dans des gorges profondes, une rivière splendide remplie de zébrées très sauvage et farouche ou la pêche fut compliqué.2016-09-13-09-19-55-640x480Merci à ma petite femme de me permettre de vivre ces moments de bonheur au bord de l’eau … Des vacances inoubliables

L’Albarine, une étape dans ce voyage


Je décidais de faire une pause après 2h30 de route de nuit sous ce déluge. Une petite nuit de repos bien réparatrice avant de reprendre la route au petit matin. Mes pensées étaient à la fois pour ces 2 jours achevés de belles manières et pour ce qui se profilait à l’horizon …Cette somptueuse rivière nommée l’Albarine.P1000884Affluent de l’Ain, cette rivière très connu profite d’une qualité des eaux et d’une faune piscicole intéressante grâce à une gestion intelligente de son environnement. Elle attire de nombreux pêcheurs et reste une superbe destination pour les pêcheurs à vues. Et même si la rivière est très bien peuplée en truites zébrées et ombres commun, la pression de pêche très élevée à certaines périodes apporte une touche de difficulté et de technicité pour le moucheur.  Mais après 2 jours de pêche au top, j’étais prêt à en découdre avec cette magnifique rivière.P1000886J’avais peur que les orages des jours précédents eut un impact sur le niveau d’eau mais au contraire, le niveau était très bas, un niveau d’étiage. J’allais rencontré les même conditions que l’année dernière. J’allais donc devoir soigner ma pêche dans mes dérives et présentations pour essayer de tirer mon épingle du jeu.

Je commencerai cette journée par des secteurs que je connais bien : no-kill de Tenay, aval de Chaley et son no-kill.

Les premiers poissons seront vite repérés mais je remarque vite ce comportement de poissons éduqués par la pression de la pêche. Les choses sérieuses pouvaient enfin commencer … pointe longue et très fine, changement de nymphes jusqu’à trouver celle du moment, approche discrète et dérive le plus naturellement possible. Le plus délicat était ce vent qui ne facilite pas les dérives correctes. Il crée aussi des vagues sur l’eau empêchant à certains moments d’apercevoir le poisson et donc la prise de la nymphe. Surtout ici, il faut réagir très rapidement car le poisson recrache la nymphe à une vitesse fulgurante. Le premier contact avec un poisson arrivera après s’être adapté … petite nymphe sur du 8.3 centième ! La St Croix réagit à merveille lors du combat avec ce premier bel ombre. Son action est parfaite pour ce genre de pêche fine.P1000880J’alternerai durant cette journée les secteurs en fonction de l’exposition du soleil. La pêche fut assez difficile avec ce niveau bas et un courant très faible. L’inconvénient est que le poisson a tout le temps d’analyser sa proie lors de la dérive (des dérives parfois très lente) donc chaque détail compte.P1000906

Le coup du soir sera inexistant mais je finirai ma soirée avec la rencontre de Jean Baptiste, un passionné de pêche à la mouche et de pêche à la carpe comme moi qui est très connu dans le monde de la carpe par ces réalisations de film pour la marque Fox. Moment de partage et d’échange avant une bonne nuit méritée.P1000943Durant tout mon séjour, j’ai favorisé les pêches de journée et les coups du soir. Je me suis jamais levé ultra tôt (pourtant d’habitude c’est coutumier) mais après une bonne journée de pêche on ressent la fatigue et une bonne nuit réparatrice est toujours bonne à prendre ! Donc c’était souvent entre 7h et 8h que je commençais la journée.

Pour cette seconde journée, j’ai repêché les même secteurs et après avoir repris ces marques la veille, la journée fut vraiment très agréable. Malheureusement, certains poissons comme sur le no-kill de Tenay montre des signes d’une certaine pression de pêche avec des bouches abîmés. J’ai même vu des pêcheurs pêchés des quais et relâchez le poisson d’en haut :(.  La pression de pêche n’a pas que du bon comme en témoigne cette photo.P1000920

P1000921Heureusement, ce sont des cas isolés car la rivière coule dans une belle vallée et certains secteurs redeviennent plus paisible et ou on retrouve des poissons magnifiques et en pleine formes. P1000944

P1000899P1000891Après une bonne journée de pêche à vue, j’ai décidé de partir faire le coup du soir sur la basse rivière d’Ain réputé pour ces très grosses truites. Je choisirai le secteur de Pont d’Ain mais la soirée fut de nouveaux très calme. Juste 2 poissons gobant sporadiquement en me faisant de temps en temps des refus. Il faudra que je revienne sur cette très grande rivière pour vraiment découvrir sa partie basse.

Il m’arrive d’avoir vite la bougeotte sur certaine rivière et en ce 3ème jour sur l’Albarine, j’avais décidé de partir à la découverte de nouveaux secteurs.P1000942J’avais fait ma pêche sur mes premiers secteurs, et il était temps de découvrir de nouveaux spots et je n’allais pas être déçu. Décor de rêve pour une journée bien physique à marcher sur des centaines de mètres mais de découverte en découverte, j’allais passer une journée au top. Le secteur que j’avais choisi était bizarrement moins peuplé en truite (ou elle était caché ?!) et pour les ombres, il fallait les localiser dans leur zones de tenues et pour ça il fallait marcher car il y en avait pas tous les 100m de rivières. Les ombres sont regroupés dans les zones les plus profondes comme les fosses ou gros courant bien oxygénées. Et quand on tombe sur ce genre de secteur, il s’avère souvent qu’ils sont en nombres assez intéressant. Il forme de jolis groupe qu’il reste plus qu’à essayer de les leurrer. Et je remarque une grosse différence entre des secteurs surpêchés  et des secteurs moins prisé mais où il faut une bonne condition physique pour avancer dans ces gorges à la recherche du bon spot. Une journée de plus magique dans ce cadre enchanteur avec une jolie moyenne pour la taille de ces ombres…P1000931

P1000950P1000956P1000946P1000958Je pouvais déjà penser à mon lendemain synonyme de la dernière journée de pêche de cette aventure autour de l’ombre … Cette session était déjà pleinement réussi mais j’avais encore ce goût de vouloir encore plus et surtout une envie de finir en beauté en rêvant d’un très gros thymallus-thymallus. J’escomptais cette dernière soirée sur l’Albarine pour reprendre la route en direction de ma dernière destination de la semaine … Avais-je fait le bon choix ?

P1000955P1000893P1000948P1000900P1000940