Archives de catégorie : Photos Pêche Mouche

road trip … le final

A la découverte de l’Albarine

A 1h15 de cette rivière, je ne pouvais pas manquer cette occasion de découvrir ce joyau et s’est chose faite le lendemain de ma visite sur l’Ain. On continue l’aventure et cette fois ci, l’Albarine et une eau parfaitement limpide remplis de truites et d’ombres ! un paradis vraiment ou cette rivière est poissonneuse et sympathique dans sa partie sauvage !! Après est-elle aussi difficile à cette époque tant décrit pas certains pêcheurs … Verdict après une journée à vue

DSC_0358DSC_0330DSC_0357

On retrouve la pêche à vue des ombres, et il me faudra pas beaucoup de temps pour me mettre en action et mouiller l’épuisette. Cette fois-ci les poissons se situent dans des veines d’eaux beaucoup plus profonde et du coup l’utilisation de nymphe plus lourde sera plus adapté. Et ma boîte est bien garni pour faire face aux humeurs de ce poisson fantasme et j’arriverai vite à trouver 2-3 modèles qui tireront leur épingle du jeu. A force de pêcher différentes rivières plus ou moins compliquées, on arrive vite à s’adapter et pour une première sur l’Albarine en pleins mois d’août, ça s’est plutôt excellemment bien passée. Quelques beaux poissons de +40 avec de beaux combats, d’autres calibrée, une dizaine d’ombres sortis plus quelques décrochés dont un très gros mais c’est le jeu. Certains recrachaient hyper vite. Une superbe journée passé malheureusement trop vite surtout quand on connaît pas la rivière, on perd toujours un peu de temps à localiser les bons spots mais un plaisir de découvrir de nouveau petit coin bien sympathique.

DSC_0359DSC_0353DSC_0338DSC_0363Des poissons vifs, combatif et très malin. La pêche de l’ombre à vue, une pêche captivante.

DSC_0361Suis-je pas bien en vacance dans de tels décors ??? Le kifDSC_0368Remise à l’eau d’un beau pépère !!

Arrivait déjà le dernier jour de mes vacances de pêche. Je savais pas trop vers ou me diriger pour cette dernière journée. Retourner sur l’Albarine pour plier du blank ou espérer juste un seul ferrage sur une truite de la Bienne. Tout était la question mais j’étais pas mal fatigué du coup mon choix se porta pour rester près du camp de base et pourquoi pas finir en beauté. A ce moment là j’en doutais fort.

DSC_0312Le beau temps avec de grosse chaleur était de nouveaux de retour dans la vallée. L’eau était redevenu très clair, un débit redevenu d’étiage. Le lâcher d’eau  a bien nettoyer le fond de la rivière car il commençait à y avoir beaucoup d’algues.

DSC_0295Le final

  • 7h30 : j’arrive sur un spot que j’apprécie bien, j’ai décroché cette semaine un poisson lors d’un combat malheureusement mais d’autres n’ont pas encore goûtés ma petite nymphe mais cette endroit est ultra difficile et je me casserai encore les dents.
  • 9H30 : je décide sur un coup de tête de descendre en aval de ce spot, un endroit qui m’attire pas forcément et au détour d’un spot je remonte lentement la rivière et commence à apercevoir 2 jolies poissons en spot.
  • 10H : Une approche délicate pour ce spot, le poisson reste toujours en poste dans ce courant. 2-3 passages avec ma premières nymphes mais rien ne se passe. On change, on relance discrètement, et à la seconde dérive c’est ferré ! le combat commence, le poisson descend le courant mais malheureusement ma soie se prend dans des arbres en aplombs et le poisson remonte le courant en direction de souches et d’arbres dans l’eau. Je réagis au plus vite mais il est trop tard, le poisson est dans les tas de branches. Et grosse erreur je prend le nylon par la main et c’est la casse 🙁
  • 11H : Retour à la voiture, et 2ème frayeurs de la semaine, un frelon me tombe sur la tête et me pique 🙁
  • 11H30 : A la recherche d’une pharmacie car j’ai trop mal mais heureusement je n’ai pas enflé.
  • 13H : J’essaye d’avaler un repas et de me remotiver malgré la douleur, je commence sur un secteur que je connais mais calme plat.1440665836677
  • 14H : J’arrive sur un spot, 2 moucheurs s’équipent aussi. Une petite discussion et je pars rejoindre la rivière, direction le spot de ce matin et pourquoi pas voir plus loin. Je marche pas mal sans trop croisé de poissons quand soudain sur un grand plat un premier poisson aperçu, je lance, ça dérive doucement c’est pendu mais gros rush et je bloque comme un débile et je pète. C’était pas super gros en plus mais déçu 🙁
  • 15H : Obligé d’arrêter de descendre la rivière car un pêcheur se trouve en aval du coup marche arrière et c’est parti pour remonter la rive. J’avance en scrutant le large quand soudain un engin en bordure descendant sur moi. Un lancer suivi d’un second et la petite nymphe se fait aspirer par cette énorme bouche, ferrage appuyé et premier gros rush contrôlé !! un gros combat s’en suit, le cœur bat à 100 à l’heure, car j’ai devant moi surement le plus gros poisson de ma journée et de ma semaine. Instant incertain jusqu’au moment ou je glisse ce trésor dans l’épuisette !!! Waouuuuu j’oublie la douleur et cette journée qui s’annonçait vraiment pourri. DSC_0377DSC_0376Ma quête aux étoiles estivales réussit …

Après cette magnifique zébrée, j’ai continué mon chemin en direction de la voiture quand soudain une belle dormeuse. Je change avec une nymphe un peu plus lesté, un lancé suffira, la nymphe atterrira devant sa bouche et se fera aspirer tellement le lancer fut précis.  Ferrage mais décrochage 3 secondes après.

Peu importe ma journée était bien remplis et je pouvais prendre la route sereinement la tête remplis d’étoile …

DSC_0384

Summer 2015 Road trip

Une semaine entièrement de pêche en solo avec des conditions estivales et des poissons ultra sélectifs, une pêche passionnante et pas facile mais tellement captivante et envoûtante. Des paysages à couper le souffle comme toujours.De grosses émotions parfois et des frayeurs !! 3 rivières parcourus avec des premières pour moi… Des décors différents, des approches différentes mais la même passion, la traque de nos poissons favoris.

Tour d’horizons

DSC_0294

Mon camp de base était établi sur la Bienne, rivière somptueuse du Jura. Depuis ma première rencontre en mai, j’avais qu’une envie, y revenir pour ces belles zébrées et son paysage mais nous sommes fin août, un niveau d’étiage conséquent et des poissons ultra sollicités depuis l’ouverture qui on prit un comportement d’éducation absolu face aux pêcheurs, à nos mouches. Une pêche  délicate et ultra fine ou faut rien lâcher et rien n’abandonner pour arriver à ces rêves … ça aura été la pêche la plus compliquée de la saison pour l’instant mais ça fait du bien parfois de se ramasser un peu. Depuis le début de saison sur toutes les rivières parcourus, j’arrive à chaque sortie à tirer mon épingle du jeu mais cette fois-ci je connaîtrais lors d’une journée le zéros pointé … Rivière difficile mais tellement somptueuse.

DSC_0292Une eau très claire, des poissons mobiles jamais en poste, des zones de calme sans courant,aucune éclosion, il fallait donc faire face à tant de paramètre pour arriver à sortir son épingle du jeu. De plus, une rivière victime de son succès depuis sa ré-ouverture en no-kill ou chaque jour de nombreux pêcheurs fréquentent la rivière et forcément à certaines périodes de l’année, la pêche devient compliqué surtout par eaux basses.

IMG_20150831_133745Dans ces conditions, la pêche en nymphe légère à vue est reine. Soie 4, un très long bas de ligne sur une pointe ultra fine (10 voir 9centième à certains moments) sur de petites nymphes. Certains de mes modèles présentés lors de l’article précédent m’ont permis de détourner quelques poissons éduqués. Mais les poissons étaient vraiment éduqués et chaque prise se méritaient et chaque poisson ramené à l’épuisette était une grande récompense. Même le nylon ultra fin , la micro nymphe non lesté étaient détectés trop souvent malgré l’ application du pêcheur. Fallait que chaque approche, chaque posée, chaque dérive soient parfaite pour espérer arriver à son bonheur quand la magie voulait bien s’opèrer …

DSC_0317 Ne sont-elles pas belles nos zébrées de France ??? Une beauté de la nature pour moi, la perfection qui m’aura valu une petite frayeur. J’étais en hauteur, le poisson approche la bordure, la ligne est déjà dans l’eau, je ramène lentement ma soie pour amener la nymphe dans son champ de vision, la proie est détecté et saisit dans le fond (assez profond), ferrage, puis prise de contact, un moment fort en émotion. Je contrôle grâce à ma hauteur les premiers secondes du combat malgré la taille du poisson mais un premier gros rush arrive et le poisson se retrouve dans le milieu de la rivière. La zone est encombrée sur chaque coté par des arbres et le fond est parsemé de gros cailloux. Je dois descendre de cette petite colline caillouteuse et dans ces moments là aucune hésitation on file tous droit et malheureusement je glisse et je finis 2m plus bas sur le cul, veste arraché et coude abîmé mais plus de peur que de mal et surtout j’ai toujours la canne en main et le poisson au bout. Je pourrais finir le combat rapidement 🙂 pour glisser cette beauté de la nature

DSC_0320De gros orages avec des pluies soutenus lors d’une nuit et une matinée fera du bien à la nature. Ce jour là, la rivière ne bougera pas mais le lendemain matin en partant faire le coup du matin je me retrouve avec un lâcher d’eau à plus de 20 mètre cube, une eau teintée et là forcément impossible de pêcher. On prend le risque et on part à l’aventure sur la rivière d’Ain à Champagnole découvrir cette mythique rivière.

DSC_0335DSC_0339DSC_0343Une très jolie rivière malgré une eau légèrement teintée mais grâce au blog à Nico39, j’ai pu avoir des renseignements sur les secteurs dont une partie en débit réservé ou l’eau était plus claire et ou la pêche à vue était possible. Merci pour le partage et ces informations Nicolas :)via ton blog. Voici le lien pour ceux qui connaissent pas ce blog : http://www.nicolas39-peche-mouche.com/

Quelques poissons lors de cette sortie dont une fin d’après midi en sèche sur des petites truites sympathiques. Une charmante rivière ou faudra revenir pour voir son vraie potentiel avec une eau plus claire.

La fin du séjour approche déjà mais encore de belles choses à faire partager prochainement …

 

 

La Dordgne comme un Phoenix …

Septembre 2013 sur les bords de la Dodogne.

Je reste encore sous le charme des instants que je viens de vivre sur la Belle. Pourtant je viens depuis ma jeunesse donc des grands moments j’en ai forcément connu mais cette session de quelques jours m’aura encré encore un peu plus la Dordogne dans le coeur.

Tout n’a pas été magique car temps de merde avec pluie, vent, peu d’activité en surface sauf à quelques rares exceptions ou il fallait être au bord de l’eau et c’est à ces instants là que j’ai revu ma rivière de ma jeunesse.
Je me serai cru 15ans en arrière. Et les gros étaient de sortis.
Des endroits qui étaient devenu si aléatoire en terme d’activité de surface que là waouuu ça bouillonnait !! Du grand spectacle mais trop court et fallait pas se rater ou en perdre la tête.
Je me comprend façon de parler.

J’ai très peu pêcher en nymphe au fils et je me suis plus concentré sur la sèche et ça m’a plutôt bien réussi même lorsque l’activité était au minimum. Plaisir de la dérive, instant magique du gobage et du ferrage, se prendre la tête avec le choix de la mouche, les coups de queu des ombres et puis qui dit fin de l’été dit place à l’activité des Ombres en surface. C’était pas encore ça mais bientôt l’arrivé de l’automne. Donc soyons patient.

Entre pluie, vent, aventure, ombres et truites, la Belle dans tout sa splendeur en surface comme en photos
c’est maintenant sur les quelques photos que j’ai pu prendre

6JOURS DE FOLIE, et encore pas pu pêcher tous les jours soit à cause de la pluie ou d’aucune activité le soir mais assez pour vivre des moments inoubliables avec des poissons magnifiques en pleine forme et surtout de très beaux poissons après c’est pas pour autant qu’elle reste facile.
Très peu de tacon pris, quelques poissons blancs qui sont bien présent.
Prochainement une vidéo de ma saison car j’ai tourné pas mal de séquence vidéo en direct mais il me faudra un petit peu de temps pour la créer.
A très vite Dordogne car ça manque déjà … et j’ai ma revanche à prendre sur une casse qui m’a pertrubé tout la journée.

Vendredi 13

Il y a des jours comme ça qu’on retiendra.
Peut être parce qu’il s’agit d’un vendredi 13 septembre.
Pour certains c’est un jour quelconque, pour d’autre jour de chance et pour certains jour maudit.

Et bah moi j’étais au bord de l’eau pour profiter des derniers instants avant la fermeture de la truite.

Je retrouvais la Touvre, les amis et ces fameuses Grassettes.

Et alors ce vendredi 13 me direz-vous ???? La suite en image 🙂

Poisson préhistorique, assez vieux qui aura succombé à ma petite nymphe, après un repérage le poisson se met à contre jour donc impossible de l’attaquer à vue, je décide de la pêcher en nymphe au fils et quel plaisir en voyant ce poisson. Un peu maigre mais celà reste un joli trophée.

Pascal en attente.
Sur cette partie en aval du pont ce jour là très peu de poisson répérer, juste 3-4 pour dire mais Pascal loupera un poisson estimer à 60cm.


Poisson remis délicatement à l’eau …

Après ce passage sur la Touvre, maintenant place à la Belle pour la fermeture de la Truite et le commencement de l’arrièere saison pour la pêche de l’Ombre Commun.
Et ce séjour sur la Dordogne aura été fort en émotion !!!!!
Très prochainement les news ici

Road trip in Sud Ouest suite

Arrivé sur la Belle …

Après 3jours sur la Touvre, changement de décor et place à la Belle Dordogne entre Argentat et Beaulieu.
Une semaine en camping à barouder sur la Belle et à profiter des vacances.

La rivière est toujours aussi belle même si j’ai remarqué pas mal de galets cailloux envahis par des algues. Surement les effets dût à l’été.
La pêche aura été difficile dans l’ensemble en terme d’activité de surface mais grâce à une adaptation vu les conditions j’arriverai à toucher du poisson tous les jours en sèche et en nymphe au fils.
Une trentaine de poissons rejoindront l’épuisette et j’en perdrais une douzaine (décroché mais aucune casse déploré). Chaque jour je notais sur mon téléphone mes récits de pêche de la journée passée (lieu, poisson, technique, mouche). ça me permet d’avoir des informations et comparer aux années précédantes.

Je vais pas rentrer dans tous les détails mais je vais revenir sur 2bons moments :
1er jour : J’arrive vers midi au camping je commence à monter le camp et prend le temps d’avaler un bon repas mais l’envie est déjà trop forte et je perdrais pas trop de temps à rejoindre les berges de la Belle.
Je commencerai sur un grand plat que je connais bien. Aucune activié à l’horizon, je commencerai à pêcher en nymphe au fils mais en fonction de l’activité de surface je peux passer à tous moment en sèche. J’apprécie pouvoir m’adapter à la situation.
En 2 heures de temps sur ce joli plat, je ferai 2 truites et un ombre en nymphe et une truite en sèche, un léger gobage me fera changer d’approche 🙂
Je décrocherai 3 autres poissons en nymphe dont un bel ombre !!!
Après une petite pause et le temps d’avaler un petit 4h direction un autre secteur pour voir si le pré coup du soir est en place.
Et quelques ombres semblent actifs sur ce nouveau secteur. Place à la sèche à mes mouches et aux longues dérives. On va pouvoir enfin s’amuser en sèche. L’activité durera 1h30 le temps de faire 3 ombres, une truite et 2 décroches dont un ombre qui se décrocha juste dans mes pieds. D’un coup tous se calme plus aucun gobage mais ma pêche est faite et je commence bien ma session. Quel plaisir de retrouver des poissons en activité mais le plaisir sera de courte durer car coup du soir zéros et les jours qui suivit étaient dans la même lignée.
Très peu d’activité, il y a juste le 4ème jour ou je retrouve une activité en pré coup du soir sur des ombres très très joueur sur un autre poste mais cet fois ci la pêche aura été plus compliqué avec des refus un léger vent et zéros poisson de sortis !!! et d’un coup les gobages se stoppent aussi
3ème jour : il fait chaud très chaud, la pêche de journée va être difficile et heureusement que la nymphe au fils apportent un peu de résultat. Je suis en action sur un poste quand tout à coup un gobage sur ma gauche dans au dessus des herbiers m’interpellent.
ça semblent pas vilain en plus. Je me décale pour me mettre dans l’axe mais avant d’attaquer j’attend voir si ça remonte et bien vu ça remonte. Je met mes lunettes polarisantes, j’enlève ma nymphe et la remplace par une petite sèche. Je pose et aux 2ème passage je vois surgir des herbiers une belle truite qui vient gober ma mouche, ferrage et gros rush du poisson. Un joli combat s’ensuit entre les renoncules et les herbiers et mon 9centième tient bon.
J’épuise un magnifique poisson de presque 40cm. Combat de fou en sèche sous ce magnifique soleil. La vie est belle

Ce séjour se termine, je reviendrai très vite pour les pêches d’automnes sur ces magnifiques ombres de la Dordogne.
A très vite la Belle 🙂

Road trip in Sud Ouest Partie 1

Voilà il est temps de prendre quelques jours de vacance pour profiter pleinement de la pêche.Le mois d’août est pas le meilleur mois mais c’est l’été et on peut passer des journées agréable aux bord de l’eau.
Mon séjour se déroulera de la manière suivante :
– Session de 3jours sur La Touvre pour retrouver ces fameuses grassettes.
– Retour sur la Belle Dordogne 🙂

La touvre

En ce 15 août je retrouve cette superbe résurgence qui est la Touvre. J’arrive assez tôt car il annonce chaud et souvent le coup du matin est pas mauvais quand les poissons se sont rapprochés des bordures. Je vais pas rentrer trop dans les détails mais le premier jour je louperai 2 beaux poissons a cause d’un ferrage pas assez appuyé. Le premier a vu sur un poisson ou il avait calé la tête dans un herbier, tous le corps dépassait, je tente avec une grosse nymphe pour pouvoir poser convenablement. Je lui pose juste derrière mais le bruit de la nymphe la fait sortir de l’herbier se retourne et engame la nymphe, je ferre contact mais dépiquage !! je suis vexe j’ai pas assez appuyer le ferrage et je viens de perdre un poisson trophé 🙁
Je louperai un autre beau poisson en peignant des gros courants, pareil je décroche encore.
Plusieurs poissons vu mais très fuyard à la moindre approche.
Je tomberai nez à nez avec un magnifique bécard estimé à +60cm et malgré plusieurs passage de ma nymphe, aucune envie de sa part. Il paraissaient déjà avoir été piqué ou fatigué par rapport à certains signe de comportement.

Durant l’après midi j’ai croisé Pascal, a chaque fois que je descend on se voit et ça sympathie est sans égal. Il connaît la rivière par coeur et ces conseils me serviront 🙂
Merci Pascal, comme je dis on a toujours à apprendre de quelqu’un. On passera l’après midi ensemble et dès le début de l’après midi il me montrera ces talents. Un gobage reperé et 2 seconde plus tard regobage mais cet fois ci c’est pendu ! Une jolie Grassette de 42cm. ça fait plaisir 🙂
On poursuivra sur des centaines de mètres la rivière mais on reverra rien du tout.

Pascal me laisse et c’est avec mon père que je ferrai le coup du soir mais rien de bon car aucune activté de surface.

Le lendemain j’arriverai quand milieu d’après midi, petit repas famille avant 🙂
L’après midi sera calme et pour le coup du soir je serai seul, j’opte pour un poste mais au dernier moment voyant aucune activité arrivé je repense au endroit que Pascal m’avait conseillé. Allez hop changement de poste et puis je suis pas très loin à pied faut juste que je repère les endroits pas trop profond pour revenir quand il commencera à faire nuit.
Je me cale dans une bonne veine d’eau ou d’ici je peux voir une bonne partie du secteur.
Au loin sur un plat je vois comme un gobage, j’attend … ça se répète. Hop on remonte vers ce gobage. Je le localise et commence à le pêcher mais vraiment pas évident avec les renoncules qui coupe le courant et les gênes qui sont sur ce poste.
Mais j’arriverai à faire monter ce poisson en changeant l’angle d’attaque et après 10s de combat il se décrocha !!!! grrrrrrr
Il était pas vilain en plus !
Regobage a quelques mètres pret du premier, les poissons semblent actifs sur cette portion de rivière.
Pour résumer je ferai 3 poissons en sèche dont 2 pas mal du tout et 2 décroches. Je regrette juste de pas avoir immortaliser ça dans ma Gopro. Autour de moi pour les autres pêcheurs c’était le calme plat donc merci Pascal pour tous !!

Dernier jour et dernière émotion
J’arrive en milieu de matinée, beaucoup de monde présent, je pars sur un poste un peu plus à l’abri de la foule. Sur 50m même pas je repère 4poissons mais à chaque fois mise à part un que j’ai pu attaquer les autres ont pris la fuite ! même en étant super discret en fesant attention au placement avec le soleil les poissons ont un 6ème sens.
J’attaque un grand plat ou voyant pas très bien a vue je décide de pêcher en nymphe légère au fils. Et le choix aura été judicieux car en pêchant la bordure d’obstacle je ferre un poisson correct. Gros combat au loin dans les branches, j’arrive à l’extraire je branche ma gopro, commence à la rapprocher et voulant récupérer ma soie je commence à moulinet et bim décroché à à 5 mètres de moi alors que j’avais fait le plus dur GRRRRRRRRR !!! J’ai du laisser un mou en rembobinant. (cette séquence sera dans la prochaine vidéo).
Un peu dégoûté il est tant d’aller manger mais sur le retour à 2m du bord (failli marcher dessus lol) je fais décaler un superbe bécard.
Il se replace pas loin dans une veine d’eau. Je commence a faire l’héron et attend un peu pour qu’il m’oubli. Le reste en photo 🙂

Une grande truite retrouvant son élément.
Le coup du soir avec Pascal et mon père sera bof bof on s’en sortira pour Pascal et moi avec un poisson chacun bien calibré.

Superbe séjour sur cette rivière difficile en espérant revenir avant la fermeture.

Retour sur la Haute Seine

ça fesait longtemps que j’avais pas mis quelques articles sur mon blog pourtant la pêche continuait son cours et malgré un prinptemps bien arrosé, quelques sorties et sessions étaient programmées.
Parfois faut mieux de jolies photos qu’un long discours donc voici quelques photos de nos sorties entre amis (Pierrot, mon Père et moi) pendant cette été.
Une rivière toujours aussi magnifique avec des poissons trophés.
Pourtant la pêche est loin d’être facile, très peu d’activité en surface, une eau cristalline ou le moindre pas la truite est déjà à des killomètres et des ombres bien éduqués dut à une certaine pression de pêche.

Relachez vos rêves …

Transition d’époque sur la Belle

été-automne 2012 sur la Dordogne

Derniers jours d’été, sur la fin d’un grand plat de ma chère aimée Dordogne, quelques ronds traduisent la présence de quelques thymallus.
Le plaisir de voir un peu d’activité en surface me réjouit d’avance. Mais les faire gober sur notre petite imitation sera une autre paire de manche.

Je m’empressai de pouvoir attaquer les premiers cercles et commença à remonter sur ce long plat vers le premier gobage pour me positionner.
La veille j’avais juste réussi à faire un ombre et je mettais cassé les dents sur les autres. Mauvaise présentation, mauvaise dérive, des veines d’eaux qui font vite draguer.

Mais en ce dernier jour d’été la réussite était avec moi enfin presque. Je m’appliquais dans chaque posé chaque dérive, dès que ça marchait pas je me repositionnais dans un nouvel axe et en peu de temps je ferrai monté les poissons que j’ai repéré.

J’avais réussi à ferrer 4ombres dont un big mama mais sa vivacité sa force a pris le dessus sur mon 9centième et après un sondage, un passage dans les renoncules et une vrille de toute beauté et surement un bridage un peu trop fort de ma part je perdais un grand poisson de cette rivière… J’étais dépité
J’aurai tant voulu pouvoir caresser ce grand voilier.
Le coup du soir sera néant et de plus le vent s’est levé. Vivement le lendemain.

En ce samedi d’automne, ça y est l’été est derrière nous. Je me lèverai hyper tôt pour partir en repérage vers des secteurs que je ne connais pas afin de découvrir au mieux la rivière mais après des kilomètres, plusieurs arrêts à droite à gauche je ne trouverai pas mon bonheur.
Je ferai chemin arrière et m’arrêtera à 3 endroits différents entre Beaulieu et Argentat ou je ferai 2 truites en nymphe et une décroche d’ombre en sèche vers le coup de midi. Les premiers gobages arrivent après un matin tous gris. Malheureusement pour moi il est tant de rentrer manger mais ça sera un repas express car je n’ai pas envie de manquer les gobages. C’est repartie je prends la direction d’un secteur qui me semble pas mal pour une activité de surface.

Un moucheur est déjà en place et j’aperçois déjà quelques ronds. On est samedi et forcément il y a du monde.
Il restera une petite heure sans rien faire et quitte les lieux. Du coup je reprends sa place car il y a quelques gobages sur cette partie.

J’attaque le premier gobage mais le poisson semble éduqué ! Grâce à l’arrivé du soleil je l’aperçois faire ces montés et du coup je peux observer ces refus !!!
Après un certain temps à le leurrer sans résultat, je change complètement d’approche
Un ombre peut mettre vos nerfs à rude épreuve mais c’est là ou la pêche prend tous son sens et sa beauté.

Premier posé première touche et je pourrais enfin caresser cet étendard.
Je remonte d’un cran au niveau du second gobage, et quelques passages suffiront à venir aussi le caresser.
Au total j’attaquerai 5gobages et j’aurai la joie de flirter avec 3 ombres et une truite. Un grand moment !

Du coup le secteur semble bcq plus calme et il va falloir que je change d’endroit en vue de mon dernier coup du soir.

J’irai sur un nouveau secteur un peu à l’abri de la foule car en ce samedi j’aurai croisé pas mal de pêcheur.
Et puis encore cette envie de nouveau.
En cherchant je trouve un endroit qui semble pas mal, et de plus un peu d’activité.
Ça aurait pu être une super journée un super coup du soir mais je décrocherai bcq trop de poissons. Il y a des jours comme ça ! Je sortirai 2 truites mais décrocherait plus de 9poissons tout en sèche !! J’hallucine encore en y repensant ! Ça aurait pu être un coup du soir magique mais sur ce coup là j’ai chié dans la colle !
Je décroche un ombre dans mes pieds et bcq de poissons juste après le ferrage, certaine décroche seront dut au courant et à trop de pression de ma part !

Pour le dimanche je décide de retarder mon départ. Je partirai l’après midi et profiterait de la matinée pour pêcher en nymphe au fils. Je ne resterai pas loin de ma location car je sais que ce secteur peut héberger des beaux poissons et depuis mon arrivé j’ai juste pêché une petite après midi.

En 2heures de pêche je ferai 2 truites et 1 décroche. Un premier poisson de 30cm mais le second au ferrage me donna un fort jolie combat surtout que je suis en 9centième. Au bout de 5min intense de combat j’arrive à épuiser une magnifique truite de 40cm de toute beauté ! Je finis ma session sur un petit nuage grâce à ce superbe poisson et à un séjour sur la Belle comme j’en rêvais !!

J’espère pouvoir redescendre vite et goûter aux joies d’une nouvelle pêche en automne.

De la Résurgence à la Belle …

Un petit séjour sur l’une des plus belles résurgences de France …
J’ai la chance d’avoir un pied à terre au bord de la Charente non loin de la fabuleuse rivière “la Touvre”.

C’est décidé mon dernier week end en 1ère catégorie se fera sur cette rivière.
Vendredi 31 août j’attaque la matinée par un secteur que je connais un petit peu pour l’avoir pêché l’année dernière pour la première fois et pour avoir sortie mon premier poisson de la Touvre.

Sur cette rivière, l’observation, le placement, la délicatesse et la précision sont de rigueur si vous voulez mettre toutes les chances de votre coté ! Mais les truites connaissent très bien le manège et avec une eau très limpide, la moindre erreur ne pardonne pas !!!


.

Pour preuve en cette matinée, je ferai fuir quelques poissons en poste qui m’ont repéré avant même d’avoir essayé de poser mon bas de ligne ! Pourtant je restais super discret.
Et quand j’arrive à attaquer 2jolies poissons en poste entrain de nympher et d’être intéresser par ma petite nymphe, je fais l’erreur en ferrant trop tôt et celà ne pardonne pas ! 2 poissons loupés qui prennent la fuite.
L’après midi je changerai de secteur et j’irai sur un grand plat. Mais le vent était de la partie et le repérage sur ce grand lisse était très compliqué.
Je changerai de secteur pour finir le coup du soir sur le no kill de la Touvre. Je fais la rencontre de 2pêcheurs à mouche très sympa qui me font découvrir en entier le secteur du no kill avec pleins de renseignements, d’histoire. Je ferai le coup du soir avec l’un d’eux mais sans résultat. La journée fut néanmoins très sympa.

Je ferai encore 2jours sur La Touvre même si à la base j’étais partie pour 4-5jours. La difficulté m’aurait fait changer de plan mais comme on dit jamais un échec toujours une leçon.
Les 2derniers jours seront comme le premier avec des poissons ultra dur et très pêché ! Une bonne densité de poissons sur le no kill, un peu moins sur les autres secteurs mais dans les 2 des poissons qui se méritent et qui auront mis mon sens de la pêche à rude épreuve.
Dommage qu’il n’y avait pas d’activité en surface même au coup du soir, juste quelques gobages au soir sur le no kill mais jamais le même poisson et pas plus d’un gobage donc pas évident dans ces conditions là.
Petit résumé :
– de magnifiques poissons qui se méritent
– la pêche à vue avec du vent ce n’est vraiment pas mon truc…
– une belles rivières mais très fréquenté
– des rencontres sympathiques, chaleureux
– un pêcheur local vraiment très sympa pour ces conseils et pour sa maîtrise dans la pêche … Si nous on fesait rien, on se rattrapait en le voyant faire 🙂 … Un pêcheur talentueux vraiment sympa
– un manque d’activité en surface mais vu la nourriture naturelle (gammare) elles ont juste à ouvrir la bouche pour se nourrir. J’ai jamais vu autant de nourritures !!!!
– je vais me mettre à l’étau pour de nouvelles nymphes 😉

Mais me direz-vous qu’est ce que j’ai fait de mes 2 derniers jours de mon séjour ??
Voulant finir ma saison en beauté je devais me reprendre et j’avais un plan B.
Je comptais rentrer le lundi sur Paris et dès mardi partir sur l’Iton ou la Haute Seine.
Mais le lundi matin en partant de Charente, une idée géniale me traversa l’esprit.
Je changeais de capte et je pris la direction de la Belle, La Dordogne à Argentat ou mes parents ont loué à partir de ce lundi un mobil home pour une semaine.
C’est sans hésiter que je finirai sur ma rivière de mon coeur pour 1.5jours de pêche et de bonheur …
L’aventure peut recommencer 🙂
J’arrive sur les coups de midi au niveau du pont de Montceau.
Le vent est très présent avec de bonnes rafales, des petites vagues sur les grands plats se forment et aucune activité vu du pont.
Je suis un peu déçu par ce vent, une année à vent on dirait !!!!
C’est décidé je prend la direction du centre ville d’Argentat et toujours le même constat.
Je me rabat donc sur la Maronne qui est un peu plus abrité que la Belle. L’eau est assez teinté, ils ont dut faire des lachers d’eau la veille mais le niveau est correct et les premiers gobages observés. Je passerai l’après midi sur la Maronne ou je ferai 6 petites truites en sèches. J’irai jusqu’à l’embouchure avec la Dordogne ou je ferai une truite un peu plus grosse en pêchant l’eau.
Le capot du séjour est sauvé !! Par contre je n’ai pas vu un seul ombre sur la Maronne et j’en ai jamais vu même lors de mon séjour au mois de juin.
Y a t-il vraiment une belle population sur la Maronne ou juste des cas isolé ?

En fin d’après midi je rejoinds mes parents qui viennent d’arriver au camping et bien entendu ça sera sur la Dordogne que je ferai le coup du soir. Le vent s’est calmé.
Je commencerai sur le no kill d’argentat mais voyant pas trop d’activité je repars sur un grand plat le long du camping.
Je vivrais un joli coup du soir avec la prise en sèche de 3truites dont une très jolie et bien grasse de 35cm au couleur typique de la Dordogne, un magnifique poisson combatif. Je décrocherai 2 poissons, il saisissent la mouche au moment de relancer !
Je ferai un chevesne aussi. Je remarque qu’il a bcq plus de poissons blancs ! Par contre pas l’ombre d’un ombre 🙁

Le lendemain matin j’arrive à me lever au lever du jour pour pouvoir profiter de ma dernière journée et surtout pour profiter du coup du matin qui peut être très bon ! 2mois avant j’avais réussi de belles pêches au petit matin avec de jolis ombres et des truites. Même si d’une journée à l’autre les choses changent vite comme j’ai pu le voir en juin, l’histoire ne se répéta pas en ce mardi matin.

Pas d’activité de surface, je ferai juste une décroche au niveau du pont de Montceau. Je finirai ma matinée sur la Maronne avec quelques petites prises mais se ne fut pas ma matinée. J’avais du mal ce matin.
L’après midi je me testerai en nymphe à l’indicateur avec la prise d’un chevesne et quand tout à coup j’observe sur ma droite au loin 2 petits picots. On dirait les gobages d’un Ombre. Je change mon bas de ligne et je mets sur ma pointe une petite éphèmère.
Je me décale et j’observe de nouveau le gobage.
Je déploie ma soie et envoie mon éphèmère au loin, le premier posé est parfait, la présentation nickel et il y a des instants comme ça ou on s’est que ça va être le bon passage !!
Premier passage … Gobage … FERRAGE ! Le poisson est au bout
Et au vu du comportement lors du combat, plus un doute il s’agit bien d’un ombre :), il sera pas très gros mais quel plaisir de pêcher ce poisson. Il retrouvera son élèment. Son compagnon de courant re-mouche aussitôt 1m au dessus du premier mais après quelques passages et 2 montés sur ma mouche (refus, mauvais ferrage ??) il remontera plus.
Je ferai une belle truite en fin de soirée avec un joli combat et finirait le coup du soir juste avec un chevesne. L’activité des blancs étaient présente mais pas mes autres poissons préférés !!

Je quittais la Belle le lendemain matin à l’aube avec la tête pleins de bons souvenirs et de bons moments au bord de l’eau.
Qu’une envie … Revenir au plus vite

Petite virée sur la Haute-Seine

En ce samedi de juillet, nous prenions avec mon père la direction de la côte d’or.
On laissait derrière nous notre fleuve La Seine pour rejoindre 215km plus loin la Haute Seine !
Le changement est radical et on a devant nous une rivière translucide ou nage truites et ombres communs. Quel plaisir d’arriver sur ce genre de rivière, on en oublierait vite qu’il s’agit d’un futur grand fleuve.
Nous longeons la rivière sur plusieurs kilomètres et c’est tout naturellement que nous arrêtions sur Vix.
Cela faisait plus de 29ans (mon âge) que mon père n’avait pas trempé ces fils dans cette rivière. Ça date !!
Notre décision est prise, nous pêcherions le secteur de Vix. La carte en poche nous voilà partie sur ce secteur très réputé de la Haute Seine.
On ne tardera pas à observer les premiers poissons dans cette eau transparente.

Aucune activité en surface, la pêche se fera à vue même si les conditions ne sont pas tip top.
Il y a beaucoup de vent et les nuages ne nous permettent pas à certains moments de voir sous la surface de l’eau et dès qu’il commence à avoir de la profondeur la pêche à vue devient impossible.
Pas grave on s’adapte aux conditions et la partie de pêche peut commencer.
Je savais que ça allait être compliqué car les poissons connaissent la musique et sont très sollicités donc très éduqués.
Comme en témoigne le nombre de pêcheurs rencontrés ce jour là. Enormément !
Et dès les premiers poissons rencontrés on comprendra que la journée sera difficile ! Aucun gobage, des poissons calés, des truites qui se cache et les très gros ombres dans les fosses. Et quand on arrive à attaquer un poisson, c’est refus sur refus. Je sais que la présentation dans ces conditions est primordiale et si je suis tjrs appliqué, j’ai vite compris qu’il fallait trouver la nymphe suivie de la présentation qui ferait la différence. Les poissons sont pêchés repêché, il faut donc vraiment se rapprocher du naturel.
Et c’est super intéressant d’observer cette différence. Je change de nymphe et dès le premier passage dans un courant ou se trouvait 3beaux ombres j’en ferre un jolie, s’ensuit un beau combat sur ma 8.6pied Hardy favorite, l’ombre joue de son poids et profite des courants pour me donner du fils à retordre.
Après un joli combat en 10centième, j’épuise mon premier ombre de la Seine. Il est bien gras avec ces 40cm de longueurs. Je suis au ange.
Il retrouvera vite son élément.

L’heure de manger arrive vite. On se pose au parking. Les seuls gobages se trouvent au niveau du parking et du pont ! Bizarre me direz-vous !
Normal on n’a pas le droit de pêcher.
La partie peut recommencer et nous décidons de marcher un peu pour voir un peu plus loin. On rencontre encore pas mal de pêcheur. Il y a une certaine pression.
Toujours aucune activité et l’après midi sera pas terrible. Je ferrerai un ombre de 35cm à peu près dans les même conditions que le premier, sur un changement de nymphe, le poisson attaqua violemment la nymphe, je ferre à vue, le poisson est piqué. Je combats mais voulant que mon père me filme je me déconcentre en expliquant la mise en marche de mon caméscope et je décroche l’ombreL. Ça sera pour moi le dernier de la journée.
Mon père ferra une mini truite et rien d’autre.
J’attendais avec impatience le coup du soir pour voir enfin des gobages et pouvoir pêcher en sèche sur des poissons en activité mais la réalité était tout autre.
Aucune activité aucun gobage.
Peut être qu’il fallait attendre vraiment la tombé de la nuit mais nous avions encore 2bonnes heures de route, nous décidions de rentrer chez nous 30min avant la tombé de la nuit.
Vivement que je revienne me mesurer aux ombres et truites de ce parcours certes très difficile. Mais j’aime le challenge.