Petite virée sur la Haute-Seine

En ce samedi de juillet, nous prenions avec mon père la direction de la côte d’or.
On laissait derrière nous notre fleuve La Seine pour rejoindre 215km plus loin la Haute Seine !
Le changement est radical et on a devant nous une rivière translucide ou nage truites et ombres communs. Quel plaisir d’arriver sur ce genre de rivière, on en oublierait vite qu’il s’agit d’un futur grand fleuve.
Nous longeons la rivière sur plusieurs kilomètres et c’est tout naturellement que nous arrêtions sur Vix.
Cela faisait plus de 29ans (mon âge) que mon père n’avait pas trempé ces fils dans cette rivière. Ça date !!
Notre décision est prise, nous pêcherions le secteur de Vix. La carte en poche nous voilà partie sur ce secteur très réputé de la Haute Seine.
On ne tardera pas à observer les premiers poissons dans cette eau transparente.

Aucune activité en surface, la pêche se fera à vue même si les conditions ne sont pas tip top.
Il y a beaucoup de vent et les nuages ne nous permettent pas à certains moments de voir sous la surface de l’eau et dès qu’il commence à avoir de la profondeur la pêche à vue devient impossible.
Pas grave on s’adapte aux conditions et la partie de pêche peut commencer.
Je savais que ça allait être compliqué car les poissons connaissent la musique et sont très sollicités donc très éduqués.
Comme en témoigne le nombre de pêcheurs rencontrés ce jour là. Enormément !
Et dès les premiers poissons rencontrés on comprendra que la journée sera difficile ! Aucun gobage, des poissons calés, des truites qui se cache et les très gros ombres dans les fosses. Et quand on arrive à attaquer un poisson, c’est refus sur refus. Je sais que la présentation dans ces conditions est primordiale et si je suis tjrs appliqué, j’ai vite compris qu’il fallait trouver la nymphe suivie de la présentation qui ferait la différence. Les poissons sont pêchés repêché, il faut donc vraiment se rapprocher du naturel.
Et c’est super intéressant d’observer cette différence. Je change de nymphe et dès le premier passage dans un courant ou se trouvait 3beaux ombres j’en ferre un jolie, s’ensuit un beau combat sur ma 8.6pied Hardy favorite, l’ombre joue de son poids et profite des courants pour me donner du fils à retordre.
Après un joli combat en 10centième, j’épuise mon premier ombre de la Seine. Il est bien gras avec ces 40cm de longueurs. Je suis au ange.
Il retrouvera vite son élément.

L’heure de manger arrive vite. On se pose au parking. Les seuls gobages se trouvent au niveau du parking et du pont ! Bizarre me direz-vous !
Normal on n’a pas le droit de pêcher.
La partie peut recommencer et nous décidons de marcher un peu pour voir un peu plus loin. On rencontre encore pas mal de pêcheur. Il y a une certaine pression.
Toujours aucune activité et l’après midi sera pas terrible. Je ferrerai un ombre de 35cm à peu près dans les même conditions que le premier, sur un changement de nymphe, le poisson attaqua violemment la nymphe, je ferre à vue, le poisson est piqué. Je combats mais voulant que mon père me filme je me déconcentre en expliquant la mise en marche de mon caméscope et je décroche l’ombreL. Ça sera pour moi le dernier de la journée.
Mon père ferra une mini truite et rien d’autre.
J’attendais avec impatience le coup du soir pour voir enfin des gobages et pouvoir pêcher en sèche sur des poissons en activité mais la réalité était tout autre.
Aucune activité aucun gobage.
Peut être qu’il fallait attendre vraiment la tombé de la nuit mais nous avions encore 2bonnes heures de route, nous décidions de rentrer chez nous 30min avant la tombé de la nuit.
Vivement que je revienne me mesurer aux ombres et truites de ce parcours certes très difficile. Mais j’aime le challenge.

Retour au source

Après un petit retour à la pêche à la mouche en 2011, j’attaquais ma nouvelle saison 2012 motivée à bloc.
L’inconvénient est ma situation géographique, j’habite en région parisienne et les rivières à truites et ombres se font très rare voir inexistant.
J’ai la chance d’avoir à 50km de chez moi la Juine, une belle petite rivière au eau limpide.

Cette rivière est gérée par une appma non réciprocitaire donc forcément il faut mettre le prix.
Mais pour cette année j’ai craqué et je pourrais me donner à coeur joie à de belles parties de pêche.
Les poissons sont super éduqués.

Cette rivière se prête fort bien à la pêche à la nymphe à vue.
C’est ici que je me suis perfectionné.
La sèche reste une valeur sûre aussi.

Bienvenue

Bienvenue sur mon Blog dédié à la pêche à la mouche.

J’ai envie de faire partager à travers ce blog, mes parties de pêche, photos, vidéos prisent lors de mes sorties au bord de l’eau.
Cette passion est venu de mon papa en étant tout petit. Je pêche depuis mon plus jeune âge et j’ai découvert la pêche à la mouche lors de nos vacances quand on partait en famille.

La passion de la pêche en générale m’a fait découvrir différents poissons et mes préférés sont la truite, l’ombre commun et la carpe.
Je pratique couramment la pêche à la carpe qui est très différent de celle de la mouche mais ou le bonheur entre les 2 se fait au bord de l’eau.

Il faut rêver, se faire plaisir, tout en respectant ce que nous donne la nature et bien entendu en relachant nos rêves.
NO KILL attitude

En espérant que vous prendrez du plaisir à travers ce blog