Archives de catégorie : blog pêche à la mouche

Survivre face au danger

C’est l’histoire d’une truite de la Sorgue. Nous sommes en mai et avec Pierre nous rejoignons le partage des eaux en ce début d’après midi. J’apprécie beaucoup le parcours amont de cet endroit. Nous traversons la rivière et commençons à remonter par la berge la rivière à la recherche de ces beaux poissons. Les poissons sont moins nombreux que l’année dernière malgré des spots de toutes beauté avec des plats et quelques fosses splendides. Faut dire que cette année, nous sommes pas gâté par les conditions. Beaucoup de vent ne facilitant pas la recherche.DSC_3396Soudain en marchant le long de la rivière, j’aperçois un gros poisson sombre au 3/4 de la rivière. Je pense en premier à un gros chevesne naviguant et descendant le courant pourtant je ne le lâche pas du regard jusqu’au moment ou j’identifie vraiment ce poisson. Il s’agit d’une énorme truite mais sa nage est bizarre et j’aperçois l’horreur. Sa bouche est prisonnière d’une cuillère vaironnée avec un bout de nylon au culs. Sa bouche est complètement clouée par le triple l’empêchant d’ouvrir la gueule.

Sans hésiter je laisse ma canne à Pierre et part secourir ce poisson. La berge est haute et je suis obligé de descendre un peu plus en aval pour rentrer dans l’eau et par chance le poisson a rejoint la berge ou je suis positionné et descend vers moi. Munit de mon épuisette j’attend que le poisson passe à ma hauteur. Il se dirige vers moi et vu sa situation dramatique, il ne me calcule même pas et je glisse avec un peu de difficulté vu sa taille une énorme zébrée. mms_20150523_115919

Le triple bloque le haut et le bas de sa bouche. Le poisson ne pouvait plus se nourrir et se laissait emporter par le courant à cause de la fatigue. J’enlève grâce à une pince à Pierre la cuillère qui clouait sa bouche. Le poisson n’avait plus aucune chance avec ce triple !!

Je dirige la truite dans un courant assez fort pour lui rapporter de l’énergie et de l’oxygène. Pendant quelques minutes, je la ré-anime en fesant des petits mouvements de haut en bas dans ce courant. Par magie après 5 minutes de réanimation,  le poisson se libère de son sauveur et regagne son élément. Cette zébrée se repositionne face au courant à reprendre des forces. J’attendrais quelques minutes pour regarder si elle reste sur ce pool ou redescend la rivière et nous sommes soulagé de la voir rester sur place dans ce courant. DSC_3438J’espère que cette magnifique zébrée aura eu sa vie préservée par la suite. Pauvre truite avec ce triple, heureusement que de nos jours, la mentalité évolue et que beaucoup de pêcheur au leurre enlève ces triples pour les remplacer par un hameçon simple sans ardillon ! Ce poisson était énorme, elle prenait toute la largeur de mon épuisette, 55cm pour environs 3-4kilos j’estimerais. Heureusement qu’un trophée aussi magnifique rejoint son élément … Relâchez vos rêves !

J’imagine un tel poisson de la Sorgue sur une canne à mouche … un rêve de pêcheur dans un décor de carte postale. Quelques rêves pour nous faire patienter jusqu’à l’ouverture 🙂

Dernier instant sur la Belle

Cette saison halieutique se finit en beauté avec cette dernière virée Corrèzienne au bord de la Dordogne pour la fermeture de la pêche de l’ombre. 3 jours en compagnie de mon papa et mon ami Pierrot à profiter de cette somptueuse rivière et vallée.P1060884C’est la première fois que je viens aussi tard sur la Belle. D’habitude, je fais régulièrement des séjours en septembre et octobre mais cette année avec un planning chargé en ce début d’automne, j’ai réussis à motiver mes 2 compères à descendre pour la fermeture. L’été indien et un niveau stable et bas annonce un séjour passionnant à la recherche du rois de la rivière. P1060900De nombreux pêcheurs se sont aussi donnés rendez-vous sur la Belle et certains secteurs étaient bondés de moucheurs ! ça me rappelait mes premiers instants dans les année 95 quand j’étais gamin … La magie de la Dordogne et de la pêche à la mouche.P1060883Une première journée très ensoleillée et chaude pour la période qui permettra pas de faire sortir les ombres en surface.Heureusement que la pêche en nymphe au fils apporte une solution à la situation et permet de tirer son épingle du jeu lorsqu’il n’y a pas d’activité. On visitera 3 secteurs que je connais bien et quelques poissons seront séduit sur des petites nymphes. Je décrocherai une belle truite à quelques mètres de moi. Le seul inconvénient à cette période de la NAF est qu’on ferre parfois des truites. Mais à cette période, notre regard est porté sur le rois de la rivière : l’ombre commun. DSC_0616DSC_0580Brume matinale au réveil pour ce 2 ème jour et changement de temps. Il annonce une journée couverte, un temps idéal pour la pêche en sèche mais encore faut-il que les insectes soient au rendez-vous ?DSC_0599L’observation à scruter le moindre rond sur l’eau. Il m’arrive souvent quand je veux pêcher en sèche, à parcourir la rivière sur des kilomètres  à la recherche du spot qui m’apportera ce moment magique et en ce vendredi 13 novembre, je partirai en solo sur ce secteur. Je sais que ça sera pas la même qu’hier et que je vais vivre une belle journée d’automne sur la Belle. Quand on connait sa rivière, on se trompe rarement et après avoir débuter en NAF pendant 2heures avec à la clef quelques poissons, les premiers voiliers défilent les ailes en l’air dans les courants de la Belle et vers midi la rivière se met en ébullition comme par enchantement. L’ombre se goinfre en surface de ces belles proies et la pêche à la sèche prend tous son sens. P1060903J’emmène toujours avec moi sur la Belle, ma première boîte de mouches que j’avais monté quand j’étais gosse (12-13 ans), quand mon père m’a appris à pêcher sur la Dordogne et m’a montré le montage des mouches. La passion était née et j’étais tombé sous le charme de la Dordogne. Et même si j’ai évolué dans le montage de mes mouches, mes premiers modèles apportent toujours autant de succès auprès de ces ombres.mms_20151113_194046Mon père et Pierrot me rejoindront en plein milieu de l’éclosion … Je sortirai rapidement pour prendre un sandwich et me vider la vessie car je tenais plus. J’en profiterai pour accompagner mon père sur le spot. Il a une cheville abîmée et ces galets glissants ne l’aide vraiment pas à avancer. DSC_0589Pierrot ferrera un joli ombre et j’immortalise ce moment. Un plaisir partagé entre ami.  Que du bonheur !!!DSC_0617Chaque poisson sera remis délicatement à l’eau. Après 2 heures d’activités pleine, la rivière retrouve son calme. Ces instants là ne durent jamais assez longtemps mais nous avons bien profiter et après 5 heures de pêche pour ma part, je suis plus que satisfait de cette belle journée ou je toucherai plus d’une quinzaine de poissons. Malheureusement j’en décrocherai quelques un. Certains étaient vraiment éduqués et auront jouer avec nous ! l’ombre est parfois fantasme et en cette fin d’année, ils connaissent et savent faire la différence entre l’insecte et notre mouche. P1060905Cette fin de  journée sera malheureusement marquée par ce drame nationale et restera à jamais graver en nous. On vit dans un monde horrible… et nous avons été touché. La soirée et la nuit aura été différente de cette journée. Contraste en ce vendredi 13 novembre…P1060893La rivière est un bon remède pour oublier les tracas du quotidien et nous profiterons de notre dernière journée pour clôturer notre fermeture de la pêche de l’ombre.  P1060891Belle image de mon ami Pierrot lorsque je combats un bel ombre du Pont de Montceau … Ce spot si connu, si pêcher mais que j’adore …DSC_0593Nous quitterons la Belle à 15h après une belle journée de pêche avec quelques éclosions et une douzaine de poissons pour moi, malheureusement une légère brise viendra perturber la pêche en sèche. On se repliera sur un secteur bien abriter pour finir cette session sur une bonne note. Le retour sur la capitale avait un goût particulier;;. A l’année prochaine la Belle, tu m’auras encore apporté de grands moments cette saison …DSC_0595DSC_0621DSC_0607DSC_0609DSC_0615P1060904P1060878A  bientôt pour de nouvelles aventures et n’oubliez pas relâchez vos rêves …

Mobilité et contraste en cette fin d’été

La dernière semaine de pêche lors de cette fermeture à la truite a été marqué par les intempéries. J’avais rien réservé pour ce dernier séjour et je partais à l’aventure accompagnée de ma tente. Et sans le savoir j’avais choisis la bonne formule.Mon séjour débutera dans le Jura. Et oui encore cette belle région ! Je suis tombé sous le charme. DSC_0445Et que dire de la pêche à vue ?! Cette technique de pêche, reine dans ces cours d’eaux calcaires aux eaux limpides et cristallines apportent aux pêcheurs, une sorte de dépendance à ce mode de pêche. On en devient accroc à en rêver la nuit et à s’imaginer les voyages les plus fous à la conquête de grosses truites aux robes magnifiques. Pour ma part je compte plus les kilomètres parcourus en voiture ou à pied à la recherche d’une truite ou d’un ombre entrain de nympher. Il m’arrive même lors d’un séjour comme le dernier de dormir dans ma voiture pour n’avoir aucune contrainte et d’être dès le lever du soleil, le premier au bord de l’eau pour s’imprégner de la magie d’une pêche matinale et voir la nature se réveiller. DSC_0419Et quand vous croisez la route d’une telle zébrée, votre esprit part dans la 5ème dimension des pêcheurs à la mouche. La pêche à vue est une addiction, une drogue, croyez en moi !!! DSC_0391Cette technique délaissée par certains pourtant, apportent aux pêcheurs des sensations garanties. Voir un poisson sous l’eau venir saisir la nymphe du pêcheur, ça n’a pas de prix et la magie de cette technique prend tout son ampleur. C’est un peu comme voir sa mouche virevolté par le courant disparaître sous le gobage d’un poisson.IMG_20150912_144306Une technique ou chaque détail compte, de la confection de la nymphe à la réalisation de sa pointe. L’approche est primordial, le positionnement du pêcheur, l’exposition du soleil, le courant. Et lorsque la fin de saison a apprivoiser les truites à un paroxysme absolu, la pêche à vue devient une traque, une chasse vers son trophée. Et dans ces moments là, le pêcheur doit utiliser toute sa ruse et sa technique pour faire face à des poissons rusés et éduqués face à la pression de pêche. DSC_0426 DSC_0406Et après 2.5 jours de pêche assez compliqué, la pluie s’invite au décor et après 2 nuits marqués par des pluies plus soutenus, le verdict tombeDSC_0450Rivière en crue, le pêcheur regarde ce spectacle d’un regard mitigé. D’un coté, la rivière qui avait besoin de cette apport d’eau après un été sans pluie mais de l’autre il y a le pêcheur en vacance qui est bloqué par ce spectacle de la nature. Le pêcheur déprime, observe son portable et la courbe de la rivière. Une journée sans pêche ça passe mais si c’est plus longtemps, on peut vite partir dans une dépression. Mais le pêcheur que je suis ne renonce pas pour assouvir sa passion et l’aventure n’était loin d’être fini…DSC_0429Un lingot d’or bien gras, cette dernière zébrée qui prend ces couleurs d’automne sera la dernière prise sur cette rivière avant la montée de eaux, l’aventure ici s’arrêtera avec ce dernier joli cliché, la fermeture pointe son nez, les feuilles tombent, les pluies abondantes arrivent. Mais le pêcheur a encore 5 jours avant la clôture de la pêche à la truite et quand vous réservez rien à l’avance, il faut savoir changer de cap …

Nouvel espoir

Direction l’Albarine, on tente le coup malgré une courbe du niveau d’eau qui est bien monté mais qui est entrain de redescendre. Pendant le trajet je croise les doigts car cette journée d’hier sans pêche m’a un peu perturbé. Le verdict arrive très vite en arrivant dans la vallée, une eau teintée mais un niveau largement pêchable et en longeant la rivière, quelques pêcheurs au toc sont de sortis. Finis la pêche à vue, j’équipe vite mon bas de ligne de brins de couleurs, je raccourcis sa taille et c’est partis pour une après midi de pêche en nymphe au fils ! Il faut savoir être polyvalent et s’adapter rapidement à la situation. DSC_0453Les premiers poissons ne tarderont pas à montrer leur présence. Ma petite nymphe casquée or sur hameçon 18 séduira plusieurs poissons surtout les truites. Des poissons combatifs à la robe magnifique.DSC_0456De temps en temps un gobage se manifeste et grâce à un bas de ligne polyvalent je peux passer de la nymphe en sèche en 1 clic. DSC_0459DSC_0458Le lendemain matin après une nuit encore pluvieuse, j’essayerai sur le no-kill de Tenay de pêcher à vue, une légère amélioration mais pas assez pour apercevoir beaucoup de poissons à vue mais un ombre et une truite rejoindront l’épuisette mais dur dur dans ce genre de situation de voir sa nymphe évoluer et surtout de voir les poissons. Dès le matin, une alerte orange pour le vent était indiqué pour la région et une bonne partie de la France. Mais il pointera le bout de son nez à midi ou il fut ensuite impossible de pêcher. DSC_0454DSC_0464

Le bon choix ???

Je devais de nouveau retrouver un plan B pour la fin de mon séjour. Je pliais ma tente au camping de Chaley et reprenait la route. C’était assez tendu avec le vent mais le voyage se passa bien. Après 5h de route je rejoignais une nouvelle rivière que je connais très bien. J’arrivais juste avant la tombée de la nuit, pour voir un niveau parfait et une eau limpide. Quelques gobages mais un ciel menaçant. Pas grave, je sors la canne rapidement et au 3ème passages c’est ferré avec une truite. Je pouvais plier, la pluie arriva et durera toute la nuit. Je Priais pour que les niveaux restent intact pour ces 2 derniers jours de pêche … et je pouvais m’endormir dans le fond de ma voiture avec un rêve de pêcheur …

DSC_0517Du rêve à la réalité … prochainement

road trip … le final

A la découverte de l’Albarine

A 1h15 de cette rivière, je ne pouvais pas manquer cette occasion de découvrir ce joyau et s’est chose faite le lendemain de ma visite sur l’Ain. On continue l’aventure et cette fois ci, l’Albarine et une eau parfaitement limpide remplis de truites et d’ombres ! un paradis vraiment ou cette rivière est poissonneuse et sympathique dans sa partie sauvage !! Après est-elle aussi difficile à cette époque tant décrit pas certains pêcheurs … Verdict après une journée à vue

DSC_0358DSC_0330DSC_0357

On retrouve la pêche à vue des ombres, et il me faudra pas beaucoup de temps pour me mettre en action et mouiller l’épuisette. Cette fois-ci les poissons se situent dans des veines d’eaux beaucoup plus profonde et du coup l’utilisation de nymphe plus lourde sera plus adapté. Et ma boîte est bien garni pour faire face aux humeurs de ce poisson fantasme et j’arriverai vite à trouver 2-3 modèles qui tireront leur épingle du jeu. A force de pêcher différentes rivières plus ou moins compliquées, on arrive vite à s’adapter et pour une première sur l’Albarine en pleins mois d’août, ça s’est plutôt excellemment bien passée. Quelques beaux poissons de +40 avec de beaux combats, d’autres calibrée, une dizaine d’ombres sortis plus quelques décrochés dont un très gros mais c’est le jeu. Certains recrachaient hyper vite. Une superbe journée passé malheureusement trop vite surtout quand on connaît pas la rivière, on perd toujours un peu de temps à localiser les bons spots mais un plaisir de découvrir de nouveau petit coin bien sympathique.

DSC_0359DSC_0353DSC_0338DSC_0363Des poissons vifs, combatif et très malin. La pêche de l’ombre à vue, une pêche captivante.

DSC_0361Suis-je pas bien en vacance dans de tels décors ??? Le kifDSC_0368Remise à l’eau d’un beau pépère !!

Arrivait déjà le dernier jour de mes vacances de pêche. Je savais pas trop vers ou me diriger pour cette dernière journée. Retourner sur l’Albarine pour plier du blank ou espérer juste un seul ferrage sur une truite de la Bienne. Tout était la question mais j’étais pas mal fatigué du coup mon choix se porta pour rester près du camp de base et pourquoi pas finir en beauté. A ce moment là j’en doutais fort.

DSC_0312Le beau temps avec de grosse chaleur était de nouveaux de retour dans la vallée. L’eau était redevenu très clair, un débit redevenu d’étiage. Le lâcher d’eau  a bien nettoyer le fond de la rivière car il commençait à y avoir beaucoup d’algues.

DSC_0295Le final

  • 7h30 : j’arrive sur un spot que j’apprécie bien, j’ai décroché cette semaine un poisson lors d’un combat malheureusement mais d’autres n’ont pas encore goûtés ma petite nymphe mais cette endroit est ultra difficile et je me casserai encore les dents.
  • 9H30 : je décide sur un coup de tête de descendre en aval de ce spot, un endroit qui m’attire pas forcément et au détour d’un spot je remonte lentement la rivière et commence à apercevoir 2 jolies poissons en spot.
  • 10H : Une approche délicate pour ce spot, le poisson reste toujours en poste dans ce courant. 2-3 passages avec ma premières nymphes mais rien ne se passe. On change, on relance discrètement, et à la seconde dérive c’est ferré ! le combat commence, le poisson descend le courant mais malheureusement ma soie se prend dans des arbres en aplombs et le poisson remonte le courant en direction de souches et d’arbres dans l’eau. Je réagis au plus vite mais il est trop tard, le poisson est dans les tas de branches. Et grosse erreur je prend le nylon par la main et c’est la casse 🙁
  • 11H : Retour à la voiture, et 2ème frayeurs de la semaine, un frelon me tombe sur la tête et me pique 🙁
  • 11H30 : A la recherche d’une pharmacie car j’ai trop mal mais heureusement je n’ai pas enflé.
  • 13H : J’essaye d’avaler un repas et de me remotiver malgré la douleur, je commence sur un secteur que je connais mais calme plat.1440665836677
  • 14H : J’arrive sur un spot, 2 moucheurs s’équipent aussi. Une petite discussion et je pars rejoindre la rivière, direction le spot de ce matin et pourquoi pas voir plus loin. Je marche pas mal sans trop croisé de poissons quand soudain sur un grand plat un premier poisson aperçu, je lance, ça dérive doucement c’est pendu mais gros rush et je bloque comme un débile et je pète. C’était pas super gros en plus mais déçu 🙁
  • 15H : Obligé d’arrêter de descendre la rivière car un pêcheur se trouve en aval du coup marche arrière et c’est parti pour remonter la rive. J’avance en scrutant le large quand soudain un engin en bordure descendant sur moi. Un lancer suivi d’un second et la petite nymphe se fait aspirer par cette énorme bouche, ferrage appuyé et premier gros rush contrôlé !! un gros combat s’en suit, le cœur bat à 100 à l’heure, car j’ai devant moi surement le plus gros poisson de ma journée et de ma semaine. Instant incertain jusqu’au moment ou je glisse ce trésor dans l’épuisette !!! Waouuuuu j’oublie la douleur et cette journée qui s’annonçait vraiment pourri. DSC_0377DSC_0376Ma quête aux étoiles estivales réussit …

Après cette magnifique zébrée, j’ai continué mon chemin en direction de la voiture quand soudain une belle dormeuse. Je change avec une nymphe un peu plus lesté, un lancé suffira, la nymphe atterrira devant sa bouche et se fera aspirer tellement le lancer fut précis.  Ferrage mais décrochage 3 secondes après.

Peu importe ma journée était bien remplis et je pouvais prendre la route sereinement la tête remplis d’étoile …

DSC_0384

Summer 2015 Road trip

Une semaine entièrement de pêche en solo avec des conditions estivales et des poissons ultra sélectifs, une pêche passionnante et pas facile mais tellement captivante et envoûtante. Des paysages à couper le souffle comme toujours.De grosses émotions parfois et des frayeurs !! 3 rivières parcourus avec des premières pour moi… Des décors différents, des approches différentes mais la même passion, la traque de nos poissons favoris.

Tour d’horizons

DSC_0294

Mon camp de base était établi sur la Bienne, rivière somptueuse du Jura. Depuis ma première rencontre en mai, j’avais qu’une envie, y revenir pour ces belles zébrées et son paysage mais nous sommes fin août, un niveau d’étiage conséquent et des poissons ultra sollicités depuis l’ouverture qui on prit un comportement d’éducation absolu face aux pêcheurs, à nos mouches. Une pêche  délicate et ultra fine ou faut rien lâcher et rien n’abandonner pour arriver à ces rêves … ça aura été la pêche la plus compliquée de la saison pour l’instant mais ça fait du bien parfois de se ramasser un peu. Depuis le début de saison sur toutes les rivières parcourus, j’arrive à chaque sortie à tirer mon épingle du jeu mais cette fois-ci je connaîtrais lors d’une journée le zéros pointé … Rivière difficile mais tellement somptueuse.

DSC_0292Une eau très claire, des poissons mobiles jamais en poste, des zones de calme sans courant,aucune éclosion, il fallait donc faire face à tant de paramètre pour arriver à sortir son épingle du jeu. De plus, une rivière victime de son succès depuis sa ré-ouverture en no-kill ou chaque jour de nombreux pêcheurs fréquentent la rivière et forcément à certaines périodes de l’année, la pêche devient compliqué surtout par eaux basses.

IMG_20150831_133745Dans ces conditions, la pêche en nymphe légère à vue est reine. Soie 4, un très long bas de ligne sur une pointe ultra fine (10 voir 9centième à certains moments) sur de petites nymphes. Certains de mes modèles présentés lors de l’article précédent m’ont permis de détourner quelques poissons éduqués. Mais les poissons étaient vraiment éduqués et chaque prise se méritaient et chaque poisson ramené à l’épuisette était une grande récompense. Même le nylon ultra fin , la micro nymphe non lesté étaient détectés trop souvent malgré l’ application du pêcheur. Fallait que chaque approche, chaque posée, chaque dérive soient parfaite pour espérer arriver à son bonheur quand la magie voulait bien s’opèrer …

DSC_0317 Ne sont-elles pas belles nos zébrées de France ??? Une beauté de la nature pour moi, la perfection qui m’aura valu une petite frayeur. J’étais en hauteur, le poisson approche la bordure, la ligne est déjà dans l’eau, je ramène lentement ma soie pour amener la nymphe dans son champ de vision, la proie est détecté et saisit dans le fond (assez profond), ferrage, puis prise de contact, un moment fort en émotion. Je contrôle grâce à ma hauteur les premiers secondes du combat malgré la taille du poisson mais un premier gros rush arrive et le poisson se retrouve dans le milieu de la rivière. La zone est encombrée sur chaque coté par des arbres et le fond est parsemé de gros cailloux. Je dois descendre de cette petite colline caillouteuse et dans ces moments là aucune hésitation on file tous droit et malheureusement je glisse et je finis 2m plus bas sur le cul, veste arraché et coude abîmé mais plus de peur que de mal et surtout j’ai toujours la canne en main et le poisson au bout. Je pourrais finir le combat rapidement 🙂 pour glisser cette beauté de la nature

DSC_0320De gros orages avec des pluies soutenus lors d’une nuit et une matinée fera du bien à la nature. Ce jour là, la rivière ne bougera pas mais le lendemain matin en partant faire le coup du matin je me retrouve avec un lâcher d’eau à plus de 20 mètre cube, une eau teintée et là forcément impossible de pêcher. On prend le risque et on part à l’aventure sur la rivière d’Ain à Champagnole découvrir cette mythique rivière.

DSC_0335DSC_0339DSC_0343Une très jolie rivière malgré une eau légèrement teintée mais grâce au blog à Nico39, j’ai pu avoir des renseignements sur les secteurs dont une partie en débit réservé ou l’eau était plus claire et ou la pêche à vue était possible. Merci pour le partage et ces informations Nicolas :)via ton blog. Voici le lien pour ceux qui connaissent pas ce blog : http://www.nicolas39-peche-mouche.com/

Quelques poissons lors de cette sortie dont une fin d’après midi en sèche sur des petites truites sympathiques. Une charmante rivière ou faudra revenir pour voir son vraie potentiel avec une eau plus claire.

La fin du séjour approche déjà mais encore de belles choses à faire partager prochainement …

 

 

En eaux profondes

Une dépression est annoncée pour ce week end annonçant rafraîchissement par des pluies et des orages. Enfin de l’eau pour notre nature. Une pêche était prévu ce samedi et j’allais me retrouver seul jusqu’à la veille ou mon ami Pierrot se proposa de m’emmener pour passer cette journée de pêche ensemble. Une météo plus clémente à l’ouest de Paris et des Orages, pluies vers la Bourgogne … Peu importe on décide de prendre le risque, direction La Côte d’Or pour la traque de ces ombres et de ces truites. La rivière me manque …

IMG_20150809_125202 On retrouve vite les bords de la Seine et nous choisirons d’un accord commun un secteur avec de belles fosses. A notre arrivé, le temps est couvert et orageux avec dès le début une légère pluie qui s’invite. Un temps au top ou malgré la faible luminosité extérieur, la rivière reste un aquarium et on distingue très rapidement les premiers beaux ombres. La pêche en plein mois d’août n’est pas la meilleure et nous sommes déjà sur la pente descendente vers la fermeture proche de la 1ère catégorie. Que la saison passe vite…

P1000588

C’est le royaume de la pêche à vue en sèche ou en nymphe. Les poissons ont été sollicité depuis l’ouverture par de nombreux pêcheurs et même les ombres habitués à rester en place se comportent différemment en prenant parfois des fuites digne d’une truite. L’approche et la pêche devra être discrètes et soignées pour tirer son épingle du jeu dans cette arène surpêchée mais tant magique.  

DSC_0250

Malgré la sécheresse des 2 mois passés, le niveau semble très correcte et ce secteur à l’avantage d’avoir de très belle zone de profondeur ou les poissons se positionne. Ces fosses apportent oxygène, nourriture et sécurité pour ces grands poissons. La pêche n’est vraiment pas évidente dans ces secteurs car parfois le poisson se trouve dans 2m voir 3m de profondeur. La magie de la pêche à la nymphe à vue prend tous son sens. Faire descendre le plus naturellement possible sa petite nymphe dans la couche d’eau jusqu’au poisson recherché. A de telles profondeurs avec des petites nymphes sur des hameçons compris entre 16 et 20, il est quasiment impossible à partir d’un certain moment d’observer sa nymphe évoluée. Il faudra alors deviner sa dérive toute en observant l’ombre convoîté.

DSC_0257

L’instant magique apparaît lorsque vous voyez le comportement du poisson changé. La dérive est parfaite, la nymphe est descendu naturellement traversant cette grosse couche d’eau. L’ombre se décale pour aller saisir sa proie et ouvre grand la bouche … La magie opère, un pur moment entre cet instant ou le poisson se saisit de la nymphe, l’interprétation du moucheur suivi de son ferrage. Et ferrer un ombre de plus de 40cm dans une eau claire comme un aquarium avec 2-3m de fond c’est un moment plus que magique et une superbe récompense entre l’approche, le lancer et surtout la dérive. Le choix de la nymphe est aussi primordiale entre sa taille, son aspect et son poids. Les poissons de la Haute Seine en voient passer des milliers donc chaque détail compte et chaque prise est une récompense pour le moucheur.

DSC_0264

DSC_0266

Et en fin de matinée, j’aurai réussi 3 supers coups dans des zones profondes pas évidente avec 3 magnifiques ombres entre 42 et 46cm dont leur défense aura été majestueuse avec de beaux rush et quelques chandelles !! Les 2 premiers se sont déplacées vers la nymphe et on ouvert la bouche comme des gorets affâmés (pourtant il était pas entrain de nympher) et le dernier aura été pris à ras du fond. Je voyais plus ma nymphe et le plus gros poisson de la zone se décale et vient broûter le fond une première fois j’anime légèrement il poursuit en avançant et j’en déduit qu’il est sur ma nymphe car avant de l’attaquer il était immobile. Ferrage et je ressens ce gros ombre comprimer mon blank …

DSC_0270

Pierrot fera un joli ombre en nymphe à vue malgré que ça soit pas sa pêche de prélidection mais il s’en sort pas trop mal. Je toucherai 2 petits ombrets de 10cm qui est très bon signe comme quoi le poisson se reproduit et on observe différente tranche d’âge au bord de la rivière. La relève est assurée.

Après un bon repas, on décide de changer de secteurs et de remonter sur l’amont de la rivière. Je commencerai par décroché 2 truites à vue à la nymphe-noyée, elle déclenche l’attaque lorsque la nymphe passe devant leur nez avec la pression du courant et de la ligne. Un beau poisson dans le lot se décrochera. Quelques gobages apparaîtra enfin sur l’eau et Pierrot pourra enfin pêché en sèche pour son plaisir. Jusqu’au soir la pêche en sèche nous apportera pas mal de poissons surtout des ombres. C’était pas des gobages réguliers mais si la mouche passe au bonne endroit, il y avait de grandes chances que le poisson monte la saisir (bien entendu faut avoir une bonne mouche d’ensemble)

DSC_0275

DSC_0272

 

J’espère pouvoir revenir encore une fois sur cette magnifique rivière avant la fermeture, on devient vite accroc de la pêche en profondeur ou chaque poisson est mérité. Merci à mon ami Pierrot pour cette journée et maintenant place aux préparatifs pour une session mouche fin août avec je l’espère de beaux clichés comme souvenir …

DSC_0255

DSC_0268

DSC_0259

Relachez vos rêves …

Des lingots d’or

Avant de croiser la Belle Dordogne, mon séjour a débuté en région Charentaise à la conquête de ces “Grassettes”. Celà fait maintenant 5ans que je m’accorde une petite pêche dans cette rivière. Mon séjour coincida avec le pont du 14 juillet et de nombreux pêcheurs avaient fait de même pour venir en découdre avec ces truites éduquées de cette résurgence.

DSC_0107

Longue de 12km, et isolé d’une région pauvre en rivière de premier choix pour la pêche de la truite à la mouche, elle porte à elle seule un grand intérêt pour la pratique de notre passion dans cette région et malgré une grande pression, une situation urbaine, elle reste un paradis pour la pêche à la mouche.

DSC_0083La rivière a atteint son débit d’étiage rendant la pêche encore plus difficile. Il n’a pas plus depuis 2mois. Les poissons sollicités depuis l’ouverture deviennent de plus en plus attentif au moindre lancer, à la moindre approche approximatif. Chaque détail compte, chaque dérive doivent être calculé comme la taille de la nymphe. Parfois il faut savoir osé, innover et surtout pêcher… Je voyais trop souvent des pêcheurs arriver pour le coup du soir et délaissait les autres moments de la journée. Le coup du soir peut être magique mais le coup du matin aussi. Et surtout quand on pêche en nymphe à vue, on peut profiter de la journée entière. Et c’est ce que j’ai fait pendant 4 jours, à la recherche de ces belles grassettes et on peut dire que je suis tombé sur mon bonheur avec ce très joli lingot d’or …

DSC_0061

 Chaque poisson a une robe différente dans cette rivière, c’est un peu magique … Et lorsqu’on tombe sur un de ces joyaux, nous pouvons qu’être éblouit par ce que nous offre la nature. Ils ont la couleur, la taille et la forme car ce sont de vrais combattantes… Je suis passé quelques fois du rire aux larmes. Le dénouement quand l’approche est parfaite, le poisson ouvrant la bouche sur votre petite nymphe, le bon ferrage. Mais voilà face à ces combattantes et dans des endroits parfois encombré, remplis d’herbier, notre nylon est mis à rude épreuve et parfois nous perdons de jolis trophée malheureusement.
Mais c’est pour ça qu’on aime tant la pêche car rien est écrit …

DSC_0068

DSC_0064

Surprise par un casque orange comme quoi même dans des endroits sur-fréquentés il fait encore fureur … même sur ce très gros Chevesne

DSC_0070

Quelques poissons seront pris en sèche malgré le vent et le peu d’activité mais parfois à certains moments de la journée, je voyais quelques petit gobage avec de jolis poissons bagarreurs

DSC_0075

DSC_0078

Il y aura un gros coup du soir ou quelques gros poissons seront de sortis … J’adore ces instants là ou vous commencez à vous dirigez vers la sortie et d’un coup la rivière se réveille !! Magique 🙂

DSC_0116

Mais 80% de ma pêche aura été en nymphe à vue…

DSC_0079

Même les fameuses Danica ne feront pas sortir nos belles Grassettes

DSC_0126

DSC_0130

Une superbe truite taillée dans le combat après un gros combat, elle a pas résister à ma petite nymphe arballetée.

DSC_0089

DSC_0092

DSC_0099

Vieux poisson de la Touvre, un super spécimen prise en nymphe à vue

J’ai beaucoup pêché en dehors du no-kill car différent type de parcours s’offre à nous par leur variété mais j’ai pris le temps d’y aller faire un tour ou 2 lors de ce séjour. J’ai malheureusement perdu 3 gros poissons. J’espère qu’il sera reconduit l’année prochaine et pour de longues années afin de préserver ces trésors charentais. Je salue en même temps mes amis qui oeuvre pour la rivière et je leur félicite pour leur travail

DSC_0047

DSC_0057

DSC_0063

Longue vie aux lingots d’or … A très vite belle résurgence

DSC_0082